Parfois on aimerait tellement montrer qu’on a raison.

En fait, on sait au fond de nous qu’on a raison.

Et on est hyper agacé de voir que l’autre ne le comprend pas.

D’autant plus agacé que cet autre, il sait argumenter.

Il sait utiliser les bons mots.

Quoi qu’on lui rétorque comme argument, il a toujours la bonne réponse.

On en reste coi.

On ne sait plus quoi dire.

Et pourtant, on sait qu’on a raison.

Mais on ne sait pas le dire.

En fait, ce n’est pas vrai qu’ « on ne sait pas le dire ».

Car quand vous êtes dans une situation où vous êtes pleinement vous-même,

A l’aise, avec une personne de confiance qui vous écoute par exemple…

… vous savez très bien argumenter.

Non, le problème, c’est que dans ce type de situations, on perd ses moyens.

Parce qu’on est face à une personne qui semble très sûre d’elle

(j’emploie le mot « semble », parce qu’en général ce n’est qu’en apparence)

On n’est pas vraiment soi-même.

Et c’est bien normal, quand on est introverti et qu’on a vécu nombre d’expériences similaires dans notre vie… où on s’est fait clouer le bec.

Parce que par nature : nous avons besoin de réfléchir avant de parler. Nous sommes des personnes « intérieures ».

Nous aimons peser le pour et le contre avant d’exprimer ce que nous avons en nous.

Pour être sûrs de ce que nous disons.

Nous n’aimons pas réfléchir à voix haute, lancer des arguments sans en être vraiment sûr.

Dans plein de situations, c’est plutôt un avantage.

Mais quand on est face à une personne qui parle aussi vite qu’elle pense (et parfois qui parle PLUS vite qu’elle ne pense)…

… ça devient compliqué.

Comment s’en sortir dans ce type de situations, sans changer sa nature ?

En restant pleinement soi-même ?

Sans chercher à entrer dans le jeu de l’autre ?

Le truc, c’est qu’on reste souvent coincé dans notre envie de nous affirmer.

De MONTRER qu’on a raison et que l’autre a tort.

De MONTRER ce qu’on a à dire.

Probablement par peur de se faire marcher sur les pieds…

D’être encore relayé à celle ou celui qu’on n’écoute pas…

Pourtant, qu’est-ce qui fait qu’une personne est appréciée ?

Sa capacité à imposer son point de vue à tout prix ?

Ou sa capacité à écouter les autres, s’intéresser au point de vue de chacun, être dans le compromis ?

Les plus grands leaders sont ceux qui savent manier l’art du compromis.

Ceux qui savent écouter les arguments de chacun.

Et réfléchir tranquillement à leur propre analyse sur la base de ce qu’ils ont entendu.

Quand on est face à une personne très sûre d’elle, et qu’on n’arrive pas à trouver les bons arguments pour les contredire, on peut tout simplement lui poser des questions.

Pourquoi il avance tel argument. S’intéresser sincèrement à sa manière de voir les choses.

Lui poser des questions.

Éventuellement challenger ce qu’il dit, si on le sent.

De manière bienveillante.

Arrêter d’avoir peur de perdre (ce n’est pas grave de perdre dans un débat finalement… qu’est-ce qu’on s’en fout !).

Mettre un peu son ego de côté,

Et chercher à avoir un échange.

C’est très apaisant de prendre les choses comme ça.

On n’est plus dans un combat de coq.

On évacue petit à petit les pensées du type : « il faut que je m’impose »,

Ou « il faut que je donne mon avis ».

Ou « si je ne dis rien on va encore dire que je suis timide ».

Et on s’intéresse sincèrement à la situation, à la discussion, au point de vue des autres.

Rester pleinement soi-même, c’est aussi ça : c’est savoir ne pas se forcer dans un rôle juste pour montrer qu’on existe.

C’est savoir profiter de l’instant présent à sa manière, qu’importe ce que pourraient en penser les autres.

Dans ma newsletter quotidienne gratuite,

je vais vous donner des clés pour rester pleinement vous-même dans les situations importantes de votre quotidien.

On va décortiquer la psychologie qui se cache derrière votre stress,

Votre difficulté à rester serein, naturel, vous-même, dans ces situations,

Pour que vous sachiez comment être plus serein la prochaine fois.

C’est derrière ce lien.