Test de personnalité : lequel ?

Vous avez envie de passer un test de personnalité ? Vous êtes un peu perdu face au différents types de tests de personnalités existant (test personnalité mbti, test big five, test couleur, etc, etc…) ? Et vous vous demandez par où commencer ?

Je crois qu’une question importante à se poser, avant de passer un test de personnalité, est : « dans quel but est-ce que je souhaite passer ce test ? »

En effet, les tests de personnalité peuvent rapidement vous enfermer dans certaines « cases ». Le truc, quand vous passez un test, c’est que vous allez voir des résultats qui vous correspondent pas mal. Et vous allez vous dire « mais oui, c’est trop ça ! ». Et du coup, vous allez vous dire que les résultats du test de personnalité donnent une vérité cinglante sur qui vous êtes. Sur votre psychologie. Sur votre manière de fonctionner.

Ce qu’il faut garder en tête, c’est que chaque test de personnalité est basé sur un modèle, une théorie psychologique qui tente de catégoriser différents grands types de personnalité. Ces modèles sont des outils, qui permettent avant tout de mieux vous comprendre.

Quand vous vous identifiez par exemple plutôt introverti : cela signifie que la part introvertie de votre tempérament est prépondérante, au moment où vous avez passé le test. Cela vous donne une indication sur votre mode de fonctionnement. Mais cela ne signifie pas que vous êtes que « introverti ».

Vous êtes aussi plein d’autres choses. Alors…

Un test de personnalité : A quoi ça sert ?

Il existe de très nombreux tests de personnalités, basés sur différentes théories, différentes études, à des fins différents également.

Il y a les tests destinés à simplement mieux se comprendre. Beaucoup de tests ont été également créés spécialement pour le monde professionnel : pour le recrutement, ou les évaluations à des fins d’évolution interne…

Voici quelques uns des tests les plus connus :

  • test PAPI,
  • test SOSIE,
  • test SIGMUND
  • test couleur  (un test de personnalité intéressant : on choisit des couleurs, et en quelques minutes on obtient un profil de personnalité, j’ai été bluffé par le résultat…)

Les tests de personnalité mentionnés ci-dessus ne parlant pas explicitement de l’axe introversion – extraversion, je ne vais pas les détailler, comme je l’ai fait avec le MBTI et le big five.

Pour la plupart de ces tests, il est dit sur les pages officielles qu’il faut se garder de porter un jugement de valeur aux résultats, que les résultats servent avant tout de support à la discussion avec le candidat…

Cependant, il m’est arrivé de recevoir une offre d’emploi indiquant : « profil extraverti requis »… ce qui relève clairement d’une mauvaise utilisation de ce type de tests, avant tout destinés à mieux se comprendre et à mieux communiquer au sein d’une équipe.

Un test personnalité devrait rester, selon moi, un support à la discussion et à l’argumentation, et ne devrait jamais permettre de classer les gens de manière arbitraire.

Faut-il utiliser le un test de personnalité pour un recrutement ?

Pourquoi pas, tant que cela reste un support pour la discussion.

Mais lorsqu’un candidat est est éliminé d’office parce qu’il ne rentre pas dans la bonne case : cela va clairement contre le but initial des psychologues qui ont développé ce type de tests. .

Cependant, personnellement, quand j’ai l’occasion de faire un test de personnalité, j’adore !

Je trouve que c’est toujours très enrichissant. Souvent, le simple fait de répondre aux questions permet de réfléchir sur soi. Et les résultats le permettent certainement. On se pose la question : est-ce que cela me correspond ? Parfois oui, parfois non, mais là n’est pas l’important. Ce qui est important, est que le processus de réflexion sur soi est amorcé. On se rend compte de certains mécanismes qui sont les nôtres, on réfléchit si on peut les influencer ou si on est ainsi, un point c’est tout, bref, on se remet en question et on avance !

Pourquoi l’axe introversion – extraversion est-il si important dans un test de personnalité ?

Dans beaucoup de tests de personnalités, l’axe introversion – extraversion est l’un des axes fondamentaux.

Dans le MBTI ou le Big Five, par exemple, de nombreux aspects de la personnalité sont abordés, mais l’axe introversion – extraversion figure au centre de ces modèles.

Lorsque l’on est tout à fait à l’aise avec un trait de personnalité que l’on a, c’est parfait. Dans ce cas, généralement, cela ne nous intéresse pas vraiment d’y réfléchir longuement. On passe à autre chose.

Par exemple, si l’on prend la dimension “Ouverture” du Big Five : on peut avoir un score bas pour cette dimension, c’est à dire que nous préférons les choses qui ont fait leurs preuves, ne pas trop risquer dans de nouvelles aventures, etc…, et vivre très bien cela. Il est possible que l’on vive mal ce conformisme si l’on vit dans un environnement très anti-conformiste (de par son métier ou sa famille par exemple). Mais, dans l’ensemble, il y a tout de même des chances pour que la plupart des gens ayant un score faible sur la dimension “Ouverture” vivent bien cela.

Lorsque l’on parle d’introversion, il en va de même : si l’on évolue dans un environnement où l’introversion est perçue comme une qualité, ou comme un trait de personnalité neutre, il y a des chances qu’on vive très bien le fait d’être introverti. Cela peut être le cas des personnes ayant grandi dans une famille où la majorité des personnes sont de tempérament introverti.

Le « hic », bien-sûr, c’est que même si l’on évolue dans une famille introvertie, il y a de grandes chances pour qu’il y ait eu au moins une maîtresse dans notre école, puis un ami au collège, puis un manager dans notre travail, qui nous ait fait remarqué notre discrétion. Et, dans beaucoup de cas, même les parents introvertis reprochent à leurs enfants introvertis de ne pas assez sortir, d’être trop discrets, d’être rêveur… parce qu’ils sont eux-même formatés par cette culture extravertie dans laquelle nous vivons.

C’est pourquoi l’introversion est l’axe le plus important des traits de personnalité, et c’est celui qui attire notre attention dans les résultats d’un test de personnalité : c’est celui qui fait mal, celui avec lequel il faut réapprendre à vivre, celui qu’il faut réapprendre à connaître car on l’a souvent enfoui au fond de nous, on l’a caché, de honte…

 

Je pense qu’il est intéressant de réfléchir à sa personnalité dans son ensemble, et pour cela faire un test de personnalité est une excellent base. Il faut ensuite dégager le ou les traits de personnalité qui sont plus difficiles à accepter pour nous (s’il y en a bien-sûr, sinon passez votre chemin !).

Souvent, ce sera le fait d’être introverti qui sera le point un peu douloureux. D’abord parce que le terme fait un peu peur, et puis parce que l’on se rend compte tout à coup des nombreux défauts dont on nous a affublés, qui ne sont, en définitive, que des caractéristiques normale de l’introversion.

Alors, apprendre à connaître son introversion et à comprendre les raisons qui ont fait que l’on a eu tendance à enfouir nos traits introvertis, ou à en avoir honte, permet de devenir mieux dans sa peau, et au final plus heureux.

Qu’en pensez-vous ?

 

N’hésitez pas à passer le test affirmation de soi également, si ce thème vous intéresse.