Se renfermer sur soi, c’est notre protection

Voici un mécanisme assez fréquent, qui peut s’être passé pour vous aussi.

 

Remontons un peu dans notre enfance. Il y a bien longtemps.

 

 

Quand on est enfant, on vit l’instant présent.

 

On ne se dit pas : cette prof est nulle parce qu’elle me force à parler devant toute la classe.

 

Ou mes parents sont nuls parce qu’ils se moquent de moi quand je suis un peu timide.

 

Ou ces copains de mon école sont horribles parce qu’ils m’imitent en train de ne rien dire au lieu d’essayer de m’intégrer dans leur discussion.

 

 

Toutes ces réflexions, c’est des trucs d’adulte.

 

On s’en rend compte aujourd’hui, et on met des mots sur ce qui s’est passé quand on était petit.

 

 

Mais à l’époque, quand on était petit, c’était différent.

 

On était persuadé que ce qui se passait était normal, et que c’est nous qui n’étions pas normal.

 

(ok, ça continue encore souvent jusqu’à l’âge adulte… ^^)

 

 

Par exemple : un copain à l’école nous dit « non toi tu joues pas avec nous au foot parce que tu parles jamais t’es pas drôle ».

 

Qu’est-ce qu’on se dit ? Pas grand-chose en fait.

 

On se renferme juste sur soi. On se sent très triste. Des émotions horribles nous envahissent.

 

On s’en veut. Oui, on s’en veut à soi, au lieu d’en vouloir à l’autre.

 

Et on prend ça comme une fatalité. « Je suis comme ça. Je ne suis pas drôle. Je n’arrive pas être cool comme eux »

 

Le truc, c’est que dans cette situation on se renferme sur soi.

 

Car se renfermer, c’est une protection. On se sent un peu moins mal quand on se renferme. Quand on s’isole.

 

On refoule nos émotions au fond de nous, car ces émotions nous font mal.

 

Et on devient le petit enfant sage qui ne dit rien.

 

 

En fait, ce qui nous aiderait dans cette situation, c’est de se dire : « allez vous faire f**tre ! Laissez-moi vivre ! ».

 

Se redresser, regarder la vie droit devant, et montrer qu’on est fort.

 

Toute notre enfance, on s’est renfermé par protection, contre des remarques incessantes, des petites piques…

 

On s’est renfermé et on a appris à baisser la tête, au lieu de dire « allez vous faire f**tre, laissez-moi vivre ! »

 

 

Etre introverti, ce n’est pas être renfermé. C’est juste un fonctionnement, un tempérament.

 

Avec un besoin important de moments seul.

 

Et beaucoup de moments dans sa tête, dans son monde intérieur.

 

Mais on peut être tout à fait ouvert au monde, épanoui dans ses relations, avec ce mode de fonctionnement introverti.

 

Le mal-être que l’on a, le manque de confiance en nous, il vient du fait qu’on n’ose pas être soi-même.

 

Du fait qu’on a honte de ce qu’on est, à force d’avoir reçu des remarques incessantes, des petites piques incessantes, tout au cours de notre vie…

 

 

Le soulagement, il ne viendra pas en apprenant à changer qui l’on est, pour devenir comme eux.

 

Le soulagement, il vient quand on arrive enfin à se dire : « JE SUIS NORMAL ! Youhou je peux vivre comme je suis, et être pleinement moi-même ! ».

 

 

Alors apprenons à dire « allez vous faire f**tre, laissez-moi vivre ! ».

 

Devenez vous-même, un(e) introverti(e) pleinement épanoui(e) et fier(e) d’être vous-même.

 

Tout plein de conseils pour faire ça derrière ce clic.