Développer un réseau professionnel, vous n’entendez parler que de ça autour de vous. Et c’est vrai que vous pensez à changer de profession. Même si vous avez des difficultés à trouver le travail parfait pour vous. D’ailleurs, la présentation de projet professionnel vous paralyse totalement. Alors vos recherches et vos envies correspondent-elles réellement aux opportunités liées à ce fameux réseau professionnel ?

Le réseautage relationnel accroît les opportunités professionnelles

Récemment, une lectrice m’écrivait à peu près la chose suivante :

« J’aimerais changer d’emploi. Le problème, c’est que pour trouver quel métier me conviendrait, il faudrait que j’aille à la rencontre d’un maximum de professionnels… discuter avec beaucoup d’entre eux pour me rendre compte des possibilités qui existent… Or je n’y arrive pas. J’ai peur de faire le premier pas, je ne sais pas comment aller à la rencontre de personnes que je ne connais pas. Pour savoir quel métier me conviendrait, il faudrait aussi que je connaisse bien mes qualités… or je n’arrive pas à les trouver. Je suis bloquée… que faire ? ».

Il y a une croyance que j’ai rencontrée plusieurs fois parmi mes lecteurs introvertis.

Une croyance que j’ai eue longtemps d’ailleurs moi aussi.

Et qui en fait est tout à fait normale vu le monde dans lequel nous vivons. ^^

C’est que pour trouver la voie qui nous convient, pour trouver un job, il faut en parler avec beaucoup de monde.

Et c’est encore mieux de rencontrer des professionnels qui vont nous expliquer ce qu’ils font, qui vont nous guider.

Parce que pour réussir, la croyance est qu’il faut développer un réseau professionnel.

Un réseau de connaissances d’anciens collègues et d’amis qui vont nous aider dans notre démarche.

Pourquoi développer un réseau professionnel ne sert à rien pour trouver le bon job ?

Ces derniers temps, tout le monde n’a qu’un mot à la bouche, il faut réseauter.

Mais si les réponses se trouvaient avant tout en nous ?

Et s’il suffisait de regarder nos envies profondes à nous, pour trouver notre voie ?

Si tous ces contacts n’étaient que futilités ?

Ils peuvent certes aider certaines personnes, je ne le nie pas, mais ne sont en aucun cas un MUST.

Parce que pour décrocher un job il faut :

  • Savoir ce que l’on veut ;
  • Trouver l’entreprise qui correspond à ça ;
  • Contacter cette entreprise pour un entretien ;
  • Passer l’entretien avec succès.

Aucune de ces 4 étapes n’est facile.

Mais aucune de ces 4 étapes ne demande de développer un réseau professionnel.

Savoir ce que l’on veut ? C’est en nous.

Ce n’est pas toujours facile de le savoir, mais pas besoin d’aller à la rencontre de professionnels non plus.

Trouver l’entreprise qui correspond à ça ?

Selon certains, il faudrait aller à des salons de l’emploi, parler avec les exposants, etc.

Moi, j’aime bien un truc qu’on a à disposition depuis quelques années.

En plus, cela permet de visiter tous les salons que l’on veut d’un simple clic, de son canapé. Oui, j’ai nommé Internet.

Faire partie d’une communauté, ça peut être utile.

Tout autant que de rencontrer des professionnels quand on en ressent le besoin.

Mais si on n’aime pas ça, il y a d’autres méthodes.

Les solutions alternatives au réseau professionnel

On peut trouver sa voie tout seul, en se posant les bonnes questions.

Par exemple, lorsque l’on souhaite changer de voie, on peut se demander : « Dans quoi suis-je bon ? » ou « Quelles sont mes compétences ? ».

Pourtant, on prend encore une fois le problème par le mauvais côté.

En tout cas, ce ne sont pas les premières questions à se poser.

La première devrait être : «Qu’est-ce que je veux, moi ?» ou «Qu’est-ce que j’aime ?».

D’ailleurs, ce n’est pas la question la plus facile, loin de là.

Nous autres introvertis, nous sommes les spécialistes de l’indécision.

Eh oui, on a beaucoup de mal à savoir ce que l’on veut.

Mais qu’est-ce que c’est important de savoir ce que l’on aime !

Et malheureusement, c’est une étape de réflexion trop souvent négligée lorsqu’on parle d’activité professionnelle.

Les relations professionnelles s’intéressent beaucoup plus à la question des compétences !

C’est dommage, parce que les compétences, à la limite, on peut les acquérir.

Quand j’étais petit, j’avais un rêve, je voulais devenir guide de haute montagne.

Si demain, je veux réaliser ce rêve et me reconvertir, je peux le devenir.

Ok, il faudra un peu de motivation, beaucoup de temps entre les cours, les exams, etc. Mais c’est possible.

Si j’estime que c’est ce métier qu’il me faut pour être enfin heureux, et que j’en suis convaincu au fin fond de moi, c’est possible.

Et je n’ai pas besoin de créer et d’enrichir mon portefeuille relationnel pour le comprendre.

C’est la même chose si vous voulez créer une entreprise.

Souvent, on se dit : je n’ai pas les compétences.

Je ne suis pas bon en compta, je ne sais pas diriger, je ne sais pas vendre, etc…

Mais tout ça, ça s’apprend.

Par contre, il y a UN élément hyper important quand vous créez votre entreprise : c’est la passion.

L’envie de passer jour et nuit à faire ça pendant les 10 années à venir.

Parce qu’on sait que c’est ça qu’on aime et que ça nous rend heureux.

On se dit : comment savoir si ça va marcher ? Si mon service va intéresser, si les gens vont acheter ou aimer ce que je fais ?

Bien sûr que c’est important.

Mais à la limite, c’est dans un deuxième temps.

Puisqu’on a déjà la base et notre envie de partager, on peut toujours trouver un positionnement qui correspond à une demande.

Tout part de ce dont on a envie au fond de soi.

Si vous avez envie de changer de voie professionnelle, c’est à cause d’une insatisfaction.

Si vous ne souhaitez pas que cette insatisfaction se reproduise, le seul moyen c’est d’aller vers quelque chose qui vous plaît davantage.

Mais ce n’est pas forcément une orientation professionnelle pour laquelle vous avez les compétences.

Aujourd’hui, vous avez peut-être du mal à :

  • avoir les idées claires sur ce que vous voudriez faire ;
  • savoir ce que vous aimez au fond de vous ;
  • trouver ce qui pourrait être transposable à un emploi ou une activité rémunérée.

Ne baissez pas les bras, les réponses sont en vous, laissez-leur le temps d’émerger.

Et arrêter de croire que le réseau professionnel que vous avez construit vous apportera toutes les réponses.

Pour approfondir votre réflexion , je vous suggère de lire l’article choisi un travail que tu aimes.