Non je ne m’ennuie pas à votre fête !

Ou l’art de socialiser quand on est introverti…

J’étais récemment invité à une soirée. Une quarantaine de personnes, je n’en connaissais que quatre ou cinq. Soirée idéale pour un introverti, vous en conviendrez. Mais cela faisait un certain temps que je n’étais pas “sorti” (selon le terme extraverti ambiant), et j’étais heureux de participer à cette soirée.

J’étais bien. Je restai principalement avec mes quelques amis, et me risquait à une ou deux rencontres nouvelles, ce qui me procura le plaisir de l’adrénaline que procurent ces moments (lorsqu’ils restent rares). Après une heure ou deux, ma dose de socialisation commençait à être atteinte, et je me retirai pour le reste de la soirée dans une discussion tranquille avec mes bons amis, dans un coin de la pièce. J’étais bien.

Pourtant, à plusieurs reprises dans la soirée, j’ai entendu ces remarques : “ça va Julien, tu ne t’ennuies pas ?”, “fais pas cette tête d’enterrement !”, “oooouuh, toi t’es fatigué !”.

Je réalise alors à quel point je me sens bien mieux avec mon tempérament introverti qu’il y a quelques années : ces remarques ne m’ont fait ni chaud ni froid (il y a quelques années, cela m’aurait anéanti pour quelques jours).

Crédits photo : Fotos GOVBA @Flickr

Etre sociable ou ne pas l’être, telle est la question ?

C’est en repensant à cette soirée le lendemain que l’absurdité de la situation m’est apparue de manière si crue : je m’étais senti vraiment bien pendant cette soirée, mais ce n’était apparemment pas le message qu’envoyait mon visage.

Il est vrai qu’en contraste avec les grands cris de certains, les rires à gorge déployée, les injures, les appels à voix haute au travers de la pièce, je contrastais probablement. Mais n’a-t-on pas le droit de s’amuser tranquillement ? Leur gaieté bruyante ne me gêne pas, je les écoute avec plaisir, c’est amusant ! Mais mon calme déconcerte, et fait tâche au milieu de ces effusions d’émotions et de superficialité.

Cela me fait penser à une expression très utilisée dans les milieux anglais introvertis pour décrire ce visage impassible de l’introverti : “the resting bitch face” – un peu trop vulgaire à traduire mot à mot, mais que je traduirais au mieux de la manière suivante : “le visage impassible de salaud”.
C’est ce visage inexpressif que nous arborons si souvent, car nous sommes un peu perdus dans nos pensées et ne pensons pas naturellement à laisser nos expressions transparaître. Cette vidéo drôle le montrait très bien.
Visage qui paraît à beaucoup comme un visage en colère, fermé à la discussion.

M’y voilà donc de nouveau. Les “reproches” sur mon tempérament. L’incompréhension mutuelle. Des années de recherche d’authenticité de mon de tempérament introverti n’auraient-elles servi à rien ?

Je pense que si, car justement ces remarques ne me font ni chaud ni froid, et j’ai personnellement passé une très bonne soirée, la majeure partie du temps avec mes bons amis, et en ayant tout de même rencontré quelques nouvelles personnes intéressantes.

Et pour finir, un article sympa et drôle sur le thème des soirées : 24 situations que seuls les introvertis peuvent comprendre

Et vous ? Ce genre d’expérience fait-elle partie de votre quotidien ? Comment le vivez-vous ?