Interview de Michaela Chung, coach pour introvertis et blogueuse

Introverti SpringIl y a un blog en anglais que j’aime beaucoup sur les introvertis, c’est le blog Introvert Spring. C’est l’un des tous premiers blogs que j’ai suivis, lorsque j’ai commencé à m’intéresser au thème de l’introversion il y a maintenant près de deux ans.

J’ai eu l’occasion de rencontrer Michaela Chung, qui tient ce blog, en septembre dernier. Voici donc le résultat de notre entretien, en vidéo.

Michaela nous explique ce qu’elle a vécu en tant qu’introvertie, et pourquoi elle a décidé de ne plus jamais vivre cela et d’aider d’autres introvertis à ne plus vivre cela non plus. Dans cet entretien, elle nous explique notamment quels sont les plus grands problèmes que rencontrent généralement ses lecteurs introvertis, et elle nous donne des conseils pour vivre plus heureux en tant qu’introvertis.

Et puis, deux blogueurs passionnés de l’introversion échangent sur l’introversion.

(remarque : si les sous-titres en français ne s’affichent pas, vous pouvez les activer en bas à droite de la vidéo)
Retrouvez également la transcription texte sous la vidéo. 

Si vous avez aimé cette vidéo, merci de la faire connaître en la partageant sur Facebook (icône en bas de l’article), et en lui donnant un petit vote sur YouTube (pouce vers le haut, en haut à droit de la vidéo ! ;-)).

Transcription texte de l’entretien avec Michaela Chung du blog Introvert Spring :

Julien :
Donc pour commencer, pourrais-tu te présenter ?
Parles-nous un peu de toi, et de ton blog ?

Michaela :
Bien-sûr, alors mon nom est Michaela, je suis coach pour introvertis et l’auteur du blog « Introvert Spring », un site qui aide les introvertis à révolutionner calmement la manière dont ils se perçoivent

Julien:
ouah, et donc comment l’idée de ce blog t’es venue ?

Michaela :
En fait, j’ai découvert que j’étais introvertie peu près mes vingt ans, et ça a changé beaucoup de choses pour moi. Et après j’ai eu une expérience il y a quelques années pendant un voyage qui m’a fait comprendre exactement ce que cela signifiait pour moi. C’était une expérience un peu traumatisante, je suis sûre que beaucoup d’introvertis s’y reconnaîtront, je me sentais totalement vidée de toute énergie, j’étais avec un groupe d’autres personnes et… pour faire court, j’ai fini par avoir une sorte d’effondrement
parce que j’avais trop essayé de me pousser à agir de manière extravertie. Finalement certaines personnes me demandaient lorsque je redevenais plus calme (comme le font beaucoup d’introvertis !), certains me disaient… pourquoi es-tu si calme ? tu devrais socialiser ! et… j’étais déjà tellement fatiguée à la fin de cette journée que j’ai éclaté en sanglots, car c’est comme ça que je réagis lorsque je suis épuisée. Et après cette expérience, j’ai pensé… aucun introverti ne devrait avoir à se sentir comme ça ! D’avoir honte, et d’avoir l’impression qu’ils doivent s’expliquer, ou qu’ils sentent une pression de leur entourage.
Donc c’est à ce moment là que j’ai réalisé à quel point c’était important, et j’ai réalisé que je veux aider d’autres personnes à ne pas avoir ce genre d’expériences et de prendre conscience de leur personnalité, et d’en être fier.

Julien :
Tu sais, c’est justement le titre de mon blog, le blog des introvertis fiers de l’être !

Michaela :
Super titre !

Julien :
Et donc, qu’as-tu ressenti quand tu as découvert que tu étais introvertie ? Est-ce que ça changé beaucoup de choses dans ta vie ? Dans la manière dont tu te vois ?

Michaela :
Oui ! beaucoup ! En fait j’ai découvert ça pendant un cours de psychologie au lycée

Julien :
Ah oui donc très tôt !

Michaela :
Oui, j’ai fait un test et… tu sais ça pose des questions comme :
– comment aimez-vous passer votre temps libre ?
– comment vous sentez-vous dans des groupes de personnes ?
et… bien-sûr… le résultat était que j’étais sans aucun doute introvertie.

Et avant ça, je n’avais jamais vraiment compris ce qu’était un introverti, je pensais que c’étaient des personnes qui s’isolaient des autres, des ermites, et donc pour moi, entendre ces caractéristiques, qui me décrivaient parfaitement, cela m’a fait réalisé que… « oh ! en fait il y a d’autres personnes comme moi ! » Et je ne suis pas une personne horrible !

Julien :
oui, tu n’es plus toute seule !

Michaela :
oui ! Exactement, car avant ça, tous les comportement que je décrivais comme être épuisé, avoir besoin de temps pour être seule, être submergée par les groupes de personnes, avant ça, j’avais toujours une certaine honte de tout ça. Je sentais qu’il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond en moi, à cause de ça. Donc quand j’ai appris ça, que c’est juste un type de personnalité… je me souviens d’avoir ressenti une vraie joie ! Ce jour-là je me sentais plus grande, je souriais aux gens. En fait, ça m’a fait me retrouver avec moi-même, et finalement, ça m’a fait sortir plus de ma coquille, ironiquement !
Simplement grâce au fait de savoir que j’étais normale, ça libère.

Julien :
Oui et je pense que… c’est ce que j’essaie de dire à mes lecteurs… que c’est vraiment un premier pas mais un pas très important : simplement d’avoir une bonne compréhension de ce que signifie être introverti et de ce que ça veut dire pour toi-même, que tu es normal, comme beaucoup d’autres personnes, que c’est juste une manière d’être qui est différente.

Michaela :
oui ! et tu ne devrais pas essayer de te changer pour être différent, exactement ! oui ! Il y a tellement de pression, et c’est pourquoi les gens essaient de se changer. Ils perdent tellement d’énergie, et refoulent tellement leurs qualités
pour essayer d’être quelque chose qu’ils ne sont pas !

Julien :
Ouah, génial ! et donc… est-ce que tu as de bons retours de tes lecteurs ? As-tu l’impression d’aider d’autres personnes à changer ?

Michaela :
Oui, absolument ! Je reçois beaucoup de commentaires sur mon site web et sur Facebook et Twitter. Même des emails de personnes introverties qui disent… que simplement en lisant mes histoires, et en utilisant les ressources qui sont sur mon blog, cela les a aidé à changer la manière dont ils se voient. Et ils disent, c’est en fait souvent très similaire à ce que je viens de dire, qu’ils pensaient vraiment qu’il y avait quelque chose de pas normal chez eux. Et maintenant, ils sont tellement contents de comprendre qu’en fait, ils sont normaux, il y a d’autres personnes comme eux.
Donc les retours ont été incroyables, et… parfois très touchants ! Parce que c’est triste d’entendre des personnes qui disent qu’elles regrettent de ne pas avoir appris ça plus tôt, je reçois des messages de personnes dans la cinquantaine ou la soixantaine qui disent : « ouah, ça aurait fait une différence énorme si j’avais appris ça lorsque j’avais vingt ans ou que j’étais ado ! Mais… je suis content qu’il y ait de l’information comme celle-ci disponible pour les autres jeunes personnes, pour qu’ils n’aient pas à vivre de la manière que j’ai vécue »
Donc oui, parfois c’est déchirant d’entendre ça, mais en même temps c’est vraiment incroyable d’avoir la chance d’aider,
de changer la perspective d’autres personnes, changer la manière dont elles se perçoivent, et changer la manière dont d’autres personnes les voient,

Julien :
Et qu’est-ce que tu dirais qui a été… pour la plupart des personnes, quelles sont les choses qui étaient les plus douloureuses pour elles avant qu’elles découvrent qu’elles étaient introverties quelle était la chose la plus difficile pour elles dans la vie ?

Michaela :
C’est drôle, parce que je viens d’envoyer un questionnaire à mes lecteurs

Julien :
Oui, j’ai vu ton email

Michaela :
Oui, j’ai envoyé un email leur demandant quels sont les sujets qu’ils aimeraient que j’aborde plus et sur quels sujets ils auraient besoin d’aide, quels sont leurs problèmes, et… j’ai reçu énormément de retours, et… il y avait tellement de problèmes différents !
Mais si je devais en surligner quelques uns, l’un des plus importants était d’être épuisé, submergé. Parce que les introvertis, on est plus submergé, par les interactions sociales, et un environnement très stimulant, et donc, beaucoup d’introvertis ont du mal à naviguer dans des bureaux très « extravertis », et dans tout leur environnement social très extraverti, et donc ils veulent savoir comment ils peuvent traverser leurs activités quotidiennes, sans finir complètement épuisées. C’est l’un des grands problèmes
Un autre grand thème est la communication, avec les autres. Je pense que beaucoup d’introvertis, moi incluse,
sont habitués à être avec des extravertis parce que… ben c’est difficile pour un introverti de se lier à un autre introverti ! Qui va faire le premier pas ? Donc c’est facile de prendre l’habitude de laisser les extravertis prendre les devant
et beaucoup d’introvertis demandent : comment rencontrer et communiquer avec d’autres introvertis ?
Donc c’est une chose et enfin : Culpabilité et Honte. Ça, c’est énorme ! Parce que tant d’introvertis ont grandi en entendant du feedback négatif, à propos de leur introversion. Tu sais : « tu es trop timide, trop calme, sérieux », « tu dois sortir de ta coquille », « tu dois être plus social », et donc ça se grave en eux, que leur comportement, leurs besoins et leurs désirs, ne sont pas normaux, leur envie d’être seul n’est pas normale, et donc c’est très difficile, plus tard, d’oublier simplement cela et de se dire « oh, en fait, c’est juste la manière dont je suis, c’est normal ! ». Ca ne se passe pas si facilement !

Julien :
Une chose que je trouve difficile pour moi, c’est  maintenant que je sais que je suis introverti, que j’ai besoin dans ma vie d’un rythme différent de ce à quoi j’étais habitué avant, c’est « qu’est-ce que c’est ? » Comment trouver cette nouvelle voie ? Tu veux encore socialiser, voir tes amis, mais tu te rends comptes en général rapidement que tu ne peux pas être tout le temps avec les autres et trouver ce nouvel équilibre.

Michaela :
Une nouvelle habitude ?

Julien :
oui, oui… parce qu’en gros, tu apprends ça tard… j’ai appris ça quand j’avais trente ans, donc pendant trente ans, j’ai été habitué à vivre différemment ! Tu dois apprendre une nouvelle manière de vivre… ce n’est pas si facile !
Ok, donc tu es aussi coach ? Est-ce que c’est quelque chose dont tu parles avec tes clients ? Comment les aides-tu ?

Michaela :
Oui ! Donc je fais un coaching assez spécifique pour les introvertis. J’aide les introvertis à se créer une vie plus pleine de sens, à se donner la liberté de faire ce qu’ils aiment. Donc c’est assez ciblé pour les introvertis. Et une chose sur laquelle j’insiste, c’est, tu sais, tu as dit que beaucoup d’introvertis ont été habitué à vivre d’une manière différente. Ils ont été habitué à se contorsionner dans tous les sens pour arriver à se mouler dans cet environnement extraverti. J’insiste donc sur le fait que en fait, TOI, tu peux adapter ton environnement pour qu’il s’adapte à toi. Tu peux créer ton propre monde
et que ce soit au travail, ou dans tes activités sociales, tu as toujours les rennes en main. Au lieu d’être toujours réactif à son environnement, tu peux en fait être proactif, et le créer.

Julien :
Ok, est-ce qu’on pourrait prendre un exemple ?
Par exemple, tu es habitué à accepter des soirées avec trente autres personnes, et donc tu vas créer plus d’occasions de rencontrer tes amis individuellement, par exemple ? ce que tu n’étais pas habitué à faire avant, parce que tu croyais que ça ne se faisait pas…

Michaela :
oui, exactement ! et… une manière de le décrire est… les activités sociales : tu peux choisir combien de temps tu vas rester avec eux, combien de personnes tu vas voir en même temps. Ca peut être un peu difficile au début… une histoire que j’ai partagée il y a quelques semaines avec mes lecteurs et qui a résonné en eux : je suis allée à un barbecue, avec quarante autres personnes. Et c’était l’après-midi, donc cela allait durer des heures.

Julien :
ah oui !

Michalea :
et… et donc après environ une heure à socialiser avec les autres, j’ai réalisé que mon niveau d’énergie commençait à diminuer, habituellement j’aurais eu tendance à me forcer à rester et à continuer à socialiser, ou alors j’aurais eu honte, et me serais senti mal, parce qu’une fois de plus je devenais énervée, et épuisée. Mais au lieu de ça, j’ai juste décidé qu’en fait, rien ne me retenait ici, donc je vais aller faire une balade, et me reposer un peu. Donc j’ai quitté la fête environ une heure, je me suis baladé dans les alentours, c’était tout prêt de l’océan, donc j’ai été m’asseoir au bord de l’océan un moment, j’ai rêvé un peu… je crois que j’ai même un peu médité !
Et quand je suis revenue, j’avais totalement rechargé mes batteries ! J’étais prête à socialiser de nouveau. Et quelques personnes ont remarqué que j’étais partie.

Julien :
Mais pas tellement de monde…

Michaela :
Pas tellement de monde ! Et… j’ai dit que j’étais juste partie faire un tour, et la réponse a été, « ah ok ! » Et tant de lecteurs m’ont dit : « ouah ! Je ne me serais jamais donné moi-même la permission de faire ça ! » Et moi-même, je n’aurais jamais fait ça il y a quelques années ! Donc c’est vraiment une question de « se donner la permission à soi-même » ! Tu sais il y a un écrivain connu « Chris Guillebeau », son slogan est « tu n’as pas à vivre ta vie de la manière dont les autres imaginent que tu devrais la vivre ». Et je crois que c’est particulièrement très vrai pour les introvertis. Tu n’es pas obligé d’avoir la carrière que les autres souhaitent que tu aies. Tu n’as pas à socialiser juste pour les autres. Tu peux vivre ta vie de la manière dont tu l’entends.

Julien :
Et le plus incroyable, c’est qu’en général quand tu arrêtes de te sentir toi même coupable, les gens arrêtent de te juger !

Michaela :
Oui c’est très vrai !

Julien :
Tu es partie te balader une heure, et personne n’a trouvé ça bizarre, non ?

Michaela :
Non, il n’y avait aucun problème ! Et si certains avaient un problème avec ça, si tu te retrouves avec des personnes qui n’acceptent pas ça, alors tu peux te demander si c’est vraiment les personnes avec qui tu veux passer du temps…

Julien :
Alors, maintenant… si tu avais un grand conseil à donner aux introvertis qui nous regardent, quel serait-il ? Pour se sentir bien en tant qu’introverti…

Michaela :
Mon conseil serait… d’être maître de la situation. Soyez maître de qui vous êtes, de votre introversion. Et de ne plus s’excuser… d’être qui vous êtes. Et surtout ne plus s’excuser dans sa propre tête ! Et ne plus penser : « oh, désolé, je suis tellement calme ! » ou « je suis juste maladroit avec les gens, je ne sais jamais quoi dire… »
Arrêtez ces messages, et donnez-vous le droit d’être juste qui vous êtes. Soyez à l’aise avec votre calme ! C’est tout à fait normal, si vous ne savez pas quoi dire, de ne rien dire ! D’écouter et observer. Les gens adorent qu’on les écoute ! Et c’est OK d’être seul, et de profiter de cette solitude. Il n’y a aucune raison d’avoir honte de ça. Je pense que beaucoup d’introvertis gaspillent leur temps solitaire si précieux en se disant : « je devrais sortir, je devrais faire quelque chose… »
donc non, vraiment : soyez maître de votre introversion. C’est une bonne chose… l’introversion est accompagnée de nombreuses grandes qualités ! Pour n’en nommer que quelques unes : l’introspection, l’intuition, beaucoup d’introvertis sont très créatifs, car la créativité se puise souvent dans la capacité à regarder en soi, et être loin de la foule… d’excellentes capacités d’observation. Il y a tellement de qualités incroyables que vous avez en tant qu’introverti ! Donc concentrez-vous sur le développement de vos qualités, plutôt que de gaspiller votre énergie à essayer d’être quelqu’un que vous n’êtes pas, tout en ayant honte… et essayer de vous adapter dans un monde extraverti.

Julien :
Belles paroles pour terminer !
Merci beaucoup pour cet entretien,

Michaela :
il n’y a pas de quoi !