Les 10 métiers idéaux pour les introvertis

Existe-t-il un métier pour introverti idéal ? Il est vrai que quand on a une personnalité introvertie, il peut être difficile de s’épanouir dans un environnement professionnel classique.

Parce qu’on a beau apprendre à mieux respecter son tempérament introverti, on a beau ajouter des moments de solitude de temps en temps, s’autoriser à ne pas participer à toutes les rencontres entre collègues, être un peu seul parfois pour se ressourcer, notre profession reste bien souvent une grande question. “Puis-je être heureux dans mon emploi actuel, avec cette introversion que je commence à mieux comprendre ?”.

Pourquoi chercher un métier pour introverti ?

Cette question découle bien souvent de la découverte de notre tempérament introverti. Avant, c’était avant. Tout allait bien, ou presque. On subissait, ou on s’adaptait tant bien que mal à des journées professionnelles qui ne nous correspondaient qu’à moitié. Certains jours, on ne se sentait pas très bien dans notre travail. D’autres jours, ça allait mieux. On essayait de s’adapter. De jouer un rôle. Le rôle que l’on attend de nous dans notre profession. Ce rôle gai, sociable, bavard, enthousiaste. On essayait tant bien que mal de prendre la parole dans les réunions, et de participer à toutes les rencontres informelles entre collègues. Soucieux de soigner notre réputation, et notre carrière.

Et puis, un jour, on découvre qu’on est introverti. Le monde s’éclaire sous un nouveau jour. On découvre que l’on joue un rôle qui n’est pas forcément le nôtre. Et que cela fait tellement de bien d’être soi ! Et soudainement, notre travail nous apparaît sous un tout nouveau jour.
On aimerait bien ne plus jouer ce rôle que l’on attend de nous. Mais les autres ne l’entendent pas toujours de la même manière. L’attente est toujours là. On nous reproche de ne pas être assez visible, de ne pas assez participer à la vie collective de l’entreprise, ou de l’environnement professionnel dans lequel on travaille. Souvent, cela rend presque aveugles vos supérieurs aux compétences que vous avez par ailleurs : ils oublient que vous êtes parfaitement soucieux de votre travail, consciencieux, que vous êtes un élément important de leur équipe, et ne finissent par se focaliser que sur votre timidité, sur l’importance que vous soyez plus visible, plus sociable, en fait… plus extraverti.

Alors, vient la question, toute naturelle, de savoir si cet emploi est vraiment fait pour nous. Si nous pouvons réellement nous épanouir dans cette carrière que nous avons choisie, maintenant que nous savons que nous avons des besoins bien particuliers, de calme, de solitude, de concentration… Et si, par hasard, il n’existe pas de métiers plus solitaires, et plus adaptés à nos besoins spécifiques de solitude.

Alors bien-sûr, certains environnements professionnels sont plus propices à notre épanouissement, quand on est introverti.

Mais est-ce si sûr ?

Récemment, un client me posait justement cette question : comment trouver l’emploi parfait quand on est “très” introverti. Ma première réaction fut, évidemment, de lui demander s’il avait exploré des pistes de métier solitaire. Pour pouvoir travailler de chez lui. Un métier pour introverti comme : entrepreneur indépendant sur Internet, écrivain, consultant indépendant, père au foyer, etc. D’ailleurs, beaucoup d’introvertis ont une personnalité d’entrepreneur.
Quelle fût sa réponse ? “Non, je crois que j’ai besoin de faire partie d’une équipe. De sentir que ça vit autour de moi. Je pense que mon tempérament introverti ne m’empêche pas d’avoir un réel besoin de contacts sociaux”.

Evidemment. La réponse, qui paraît simple au premier abord, ne l’est pas. Un tiers de la population est introvertie : une myriade de personnalités variées et avec des parcours et des envies tellement différents d’une personne à l’autre.

D’ailleurs, on trouve des introvertis un peu dans tous les types d’emplois. Même très “exposés” : commerciaux, hauts managers en réunion toute la journée, travail social, restauration, vendeurs en boutique, etc. On trouve aussi des extravertis écrivains, analystes, indépendants travaillant de chez eux, et très épanouis de cette manière.

Alors qu’est-ce qui compte ?

Le job idéal est un équilibre bien trouvé

Dès lors, comment être heureux au travail quand on est introverti ? Par exemple : comment un introverti peut-il être heureux dans une fonction de commercial, au contact des clients toute la journée ? En alternant moments au contact des autres avec moments solitaires. En s’autorisant des mini-retraites dans ses journées professionnelles : des déjeuners solitaires, des soirées tranquille à la maison, etc.

Comment peut-on être heureux dans une fonction à responsabilité, avec de nombreuses réunions et de nombreux contacts avec ses équipes, quand on se fatigue rapidement au contact des autres ? Quand on préfère les moments de concentration solitaire ?

La solution : s’autoriser à être soi. En s’autorisant à prendre son temps pour réfléchir avant de prendre une décision. En s’autorisant à envoyer des notes écrites plutôt que de systématiquement prendre le téléphone. En s’autorisant à ne pas venir à certaines réunions.

L’équilibre est l’une des clés les plus importantes. Savoir recharger ses batteries dans la solitude fréquemment, et s’autoriser à être soi.

Les vraies questions à se poser sur son emploi quand on est introverti.

Vous l’aurez compris, je ne vous donnerai pas la liste des 10 métiers idéaux pour les introvertis. Car ils n’existent tout simplement pas. Lorsque j’ai commencé à m’intéresser au sujet, je pensais aussi que le métier idéal, pour un introverti, consiste forcément à rester seul à la maison à beaucoup réflechir. Une activité de conseil et de formateur en ligne, par exemple ! En fait, c’était surtout parfait pour moi. Et j’ai réussi cette reconversion, pour mon plus grand bonheur.

Mais depuis, j’ai rencontré tellement d’introvertis, m’expliquant que ce type de métiers n’était pas fait pour eux, que j’ai commencé à douter. Et j’ai compris, petit à petit, que le problème était ailleurs.

La vraie question, c’est le sens. Certains diraient la “passion”. Mais je n’aime pas ce mot. Car il est rare d’avoir une passion qui soit véritablement compatible avec un métier. Et puis, les passions, ça évolue. La passion d’aujourd’hui n’est plus la passion de demain. On se lasse, on change.

La vraie question, donc, c’est le sens. Ce que je fais a-t-il un sens pour moi ? Et c’est probablement celle-ci, la grande différence entre les introvertis et les extravertis.

Quand on est extraverti, les journées sont emplies de petits bonheurs. De rencontres enthousiasmantes, de bruits et contacts qui nous emplissent d’énergie, nous rendent gai. Une discussion drôle autour de la machine à café, une rencontre imprévue dans la rue avec un collègue, un concert improvisé dans les transports en commun. Autant de choses qui nous épuisent, nous, introvertis.

Lorsque vous demandez à une personne extravertie ce qu’elle aime dans son métier, bien souvent elle vous parle de ses collègues, de l’ambiance bon enfant, de son chef hyper sympa. Nous, introvertis, sommes bien-sûr heureux qu’il y ait une bonne ambiance, mais ça ne nous enthousiasme pas forcément.

Ce qui m’enthousiasme, moi, c’est d’avoir résolu un problème. D’avoir réfléchi longuement et d’avoir fait avancé le monde, à mon échelle. Ce qui m’enthousiasme, c’est d’avoir vraiment fait quelque chose. Pour quelqu’un, pour mon entreprise, pour la société, pour une cause, ou tout simplement pour le département de mon entreprise. Pour certains, cela va impliquer d’aller à la recherche de ce qu’ils aiment au fond d’eux, pour d’autres, cela va impliquer de chercher à prendre des responsabilités au travail, pour traiter de sujets plus intéressants. Mais pour tous : cela implique une démarche active de recherche de sens.

Trouver du sens dans ce que l’on fait ne veut pas forcément dire que l’on doit travailler pour une cause comme la faim dans le monde ou le réchauffement climatique. Non. On peut trouver du sens dans les moindres petites choses du quotidien. Mais trouver ce sens est important. C’est important pour tous. Quelle que soit la personnalité. Mais ça l’est particulièrement pour les introvertis, qui trouvent moins de petits bonheurs dans une journée professionnelle typique que les personnes plus extraverties.

Voici, donc, LE métier pour introverti par excellence.

C’est le métier qui a du sens pour vous, dans lequel vous vous réalisez. Car c’est cela qui vous donnera la force de vous lever le matin.

Le reste ne dépend que de vous : trouver votre propre équilibre dans votre quotidien, pour arriver à recharger assez souvent vos batteries dans la solitude.

Mais pour nuancer mes propos, je finirais tout de même par ceci : il est important que le métier soit tout de même compatible avec nos besoins d’introverti. Ou dit différemment : il est important de se poser la question « est-il possible pour moi de trouver un équilibre qui me satisfasse ? »

Certains introvertis pourront être médecin urgentiste, car ils sauront compenser la folie de leur journée par une vie très calme une fois rentrés chez eux, et par la passion qu’ils ont pour leur métier. Mais ce n’est pas donné à tout le monde. Beaucoup d’introvertis seront rapidement épuisés et malheureux dans ce type d’emploi.

Beaucoup d’introvertis seront particulièrement heureux dans un emploi solitaire : analyste dans une entreprise, ou indépendant travaillant de chez soi. Mais il faut encore qu’ils trouvent un sens à ce qu’ils font, sans quoi ils se lasseront rapidement de cette solitude. Et ils doivent avoir la force de compenser cette trop grande solitude par des rencontres qu’ils iront chercher d’eux-même.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à explorer également ces réflexion sur la personne introvertie en amour, et comment être heureux introverti.