Je ne viendrai probablement pas, mais invitez-moi s’il vous plait !

Il m’est arrivé de nombreuses fois de refuser une invitation. Les excuses étaient nombreuses : “je dois m’occuper de mes enfants”, “j’ai trop de travail”, “j’ai quelque chose d’autre de prévu”, “je suis trop fatigué”… et j’en passe ! Le problème, c’est qu’à force de faire cela, on ne m’invite plus. De manière surprenante, les autres partent maintenant du principe que je ne pourrai pas. Cela ne part pas d’une mauvais intention de leur part, j’en suis persuadé. Mais ils se disent sans doute : “il a des enfants, il dira sûrement non, pas la peine d’essayer”, ou alors : “il a un blog sur les introvertis, alors il n’aura probablement pas envie de sortir”… hum hum. Ou bien ils ne pensent plus du tout à m’inviter, et sont plutôt surpris lorsqu’ils me voient, par hasard, dans une soirée.

Ne pas être invité, c’est blessant. Même si je sais que je devrai refuser une invitation sur deux, j’aimerais tellement être encore invité ! Sentir que l’on pense à moi, que l’on me considère encore comme part entière de son cercle d’amis…

Comment sortir de cette situation ?

Encore un dilemme insoluble pour les introvertis ?

Non, je ne le crois pas.

Lorsque l’on ressent cela, vient le moment d’agir. De sortir un peu de sa bulle, occasionnellement. Il ne s’agit pas de changer sa vie d’introverti, et d’entrer de nouveau dans le système infernal qui nous fait suivre le rythme effréné des personnes survoltées. Non, nous continuerons à refuser les invitations.

Mais nous pouvons accepter de temps en temps une invitation, faire un effort vers l’autre même si l’on n’est pas totalement enchanté “à priori” par l’idée de sortir.

  1. Lorsque l’on est invité : ne pas se laisser aveugler par son côté introverti souhaitant nous garder bien au chaud chez nous. Réfléchir objectivement si cette soirée ne nous fera pas du bien, quitte à ne rester que quelques heures.
  2. Si l’on n’est plus invité : relancer les bons amis. Ceux que l’on a vraiment envie de voir. Les inviter. Leur proposer des rencontres. Pour leur montrer que nous sommes là, de nouveaux prêts à socialiser de temps en temps.
  3. Lorsque l’on vient à une soirée : s’habiller le cœur pour le temps de notre présence, être heureux d’être présent, à notre manière, même discrète, et partir à temps, avant d’être trop fatigué et de devenir renfermé.

Il faut bien dire aussi que lorsque l’on accepte de sortir de temps en temps, on est ensuite tellement heureux d’être tranquille chez soi ! Cela nous fait apprécier à sa juste valeur notre solitude :-). Sortir pour mieux rentrer ?

Et puis, bien souvent, lorsque l’on vient à une soirée malgré notre envie irrésistible de rester chez nous, nous sommes finalement très heureux d’être venu… non ?

Et vous ? Comment vivez-vous les invitations aux soirées ?