Introvertie, j’ai testé le séminaire le plus extraverti du monde

Cet article a été rédigé par Hermione Bily. Elle aborde sur son blog le thème de la résilience psychique après un traumatisme. Sur www.aimervivregrandirlibre.com se trouvent des ressources gratuites pour celles et ceux qui veulent comprendre et surmonter un événement traumatisant (rupture, agression, deuil…).

 

Je parle bien de ce genre de séminaire rassemblant des milliers de personnes, où l’on passe ses journées à danser et aborder des inconnus sur ordre de l’animateur. Là où le nombre d’heures de sommeil est très restreint car il y a beaucoup de contenu à traiter en si peu de temps… Mais aussi là où notre imagination est si stimulée que notre monde intérieur se remplit de nouvelles saveurs. Comment survivre au séminaire « Unleash the power within » (« Libérez votre Puissance Intérieure ») de Tony Robbins lorsque l’on est introverti, et même y prendre du plaisir ? Je raconte mon expérience dans cet article.

Je suis très honorée d’intervenir sur le blog de Julien. C’est un lieu très riche et bienveillant pour nous introvertis francophones. Chaque visite que j’y effectue est un véritable plaisir. J’ai décidé de partager avec vous un témoignage sur les événements à grande foule. J’y raconte un séminaire de développement personnel précis, mais vous pouvez transposer la majorité des éléments décris pour d’autres événements qui vous intéressent.

Le principe du séminaire « Unleash the power within »

Sur un coup de tête, j’ai réservé ma place. C’était un samedi matin au début de l’automne. Je rangeais ma chambre en espérant que cela range un peu ma tête, j’agissais dans l’espoir d’élever ma vie au niveau supérieur. Mon besoin, mon désir profond était de connaître le fameux breakthrough, la révélation de ma passion avec l’énergie illimitée d’accomplir et de grandir. Salariée et en proie à du harcèlement moral, je travaillais dur  à côté pour créer, réaliser du contenu utile aux autres. Bref, je me suis dit « C’est décidé, je pars à Londres! ». Mon objectif de départ était : trouver ma voie.

Qui est Anthony Robbins ? Un coach, auteur et entrepreneur américain. Il a suivi et conseillé des centaines de célébrités. Depuis presque 30 ans il parcourt le monde pour aider des millions de personnes à changer de vie pour le mieux. Il a largement contribué à la diffusion des connaissances internationales sur la programmation neurolinguistique (PNL).

« Unleash the Power Within » est un de ses événements les plus célèbres car c’est généralement le premier effectué lorsque l’on souhaite voir l’auteur. L’événement dure 4 jours, et il traite les thématiques suivantes : atteinte du succès, psychologie de la réussite (élimination des peurs et croyances limitantes, gain d’énergie illimitée), gestion des finances, santé. La promesse globale est que l’on sera en mesure d’exprimer tout son potentiel et d’accomplir tout ce que l’on désire dans sa vie. Sa notoriété est également due au clou du spectacle : le premier soir, tout le public marche sur des braises ardentes. Et (presque) personne ne se brûle.

Cet événement dure 4 jours, nous étions 7000 participants, dont 1000 français ! Un véritable concert de rock, où la musique à très fort volume dure de 8h à 2h le lendemain matin, pour reprendre quelques heures plus tard à 8h encore. La température de la salle est froide, on nous fait tout le temps bouger, et entrer en contact avec des inconnus. Bref, c’est à priori un climat hostile pour une introvertie hypersensible. Étonnement je n’ai pas ressenti de fatigue très intense tout au long du week-end, car le fait de nous lever en permanence était justement fait pour conserver l’énergie des participants.

Lorsque je m’y suis rendue, je ne me savais pas encore introvertie. Je considérais donc mon besoin de moments de solitude à la manière de la majorité, c’est à dire comme « un manque de volonté de ma part ». Depuis des années je culpabilisais de fonctionner ainsi. Alors ma façon de penser en partant était « fais un effort si tu veux vraiment devenir meilleure! ». De plus, c’est ce que je lisais dans certains ouvrages de développement personnel. Heureusement, j’ai bien avancé depuis.

L’enseignement puis la pratique

La peur est un élément très pesant chez tout le monde, introvertis et extravertis. Une grosse partie du programme y aborde les mécanismes, et comment y faire face. Tony suggère de « danser avec la peur ». Il est possible de programmer son cerveau pour lever toutes nos craintes. On peut par exemple visualiser ce qui nous effraie, et diminuer ses composantes : baisser le volume, rendre l’image plus petite, changer ses couleurs… Ainsi, elle nous affecte moins. Tout dépend de la façon dont le cerveau procède avec l’image, et nous pouvons jouer avec !

J’ai appliqué cela avec mon appréhension des foules. Je me suis longtemps privée de sorties dès qu’il y avait selon moi un peu trop de monde. Or parmi les éléments de ma liste de rêves figure le fait de me rendre à de grandes événements tels que la Fêtes des Lumières à Lyon. Une foule immense chaque année. Lorsque j’utilise les enseignements pour diminuer l’aspect négatif de la foule (le bruit notamment), et augmenter les bénéfices (belles œuvres, présence d’amis chers), le plaisir est beaucoup plus présent. Chaque jour je sais que je peux diminuer mes craintes. Ce n’est pas toujours immédiat, mais au final il y a toujours un résultat perceptible.

Au cours du séminaire, il faut parler à des inconnus et on n’en n’a pas toujours envie.  Il y a également des séances de massage collectif. Faire des câlins. Les extravertis s’y régalent tout du long, et on voit bien que leurs visages rayonnent. Tous ces jeux ont pour but d’apprendre à se connaître soi-même. Et moi, je me pose toujours beaucoup de question sur moi-même. J’aime l’introspection, j’ai l’impression que cela m’assagit. Je savais qu’en réalisant ces exercices cela m’apporterait des réponses. Et ce fut le cas. J’ai appris que j’adore être massée par quatre personnes en même temps, que je peux apprécier faire des câlins aux inconnus sans avoir besoin de boire une quantité déraisonnable d’alcool, et qu’au final je peux aimer parler de moi si j’ai eu quelques minutes avant pour poser les choses.

Il y a également des exercices agréables pour nous introvertis, où il nous est demandé de fermer les yeux et de suivre les instructions dans notre tête, confortablement assis. Il y a beau avoir des milliers de gens, je me retrouvais enfin seule dans ma bulle et c’est à ce moment-là que je refaisais le plein d’énergie. Je me suis félicitée d’être autant sortie de ma zone de confort. Ce n’était pas toujours agréable, par moments  je n’avais pas envie d’interagir avec les autres. Mais je tenais à jouer le jeu jusqu’au bout. Et je suis contente de l’avoir fait, car cela m’a permis d’établir plus clairement mes limites sur mon énergie sociale. Si on ne les repousse pas un peu, comment peut-on savoir où elles se situent ?

Susan Cain décrit également son ressenti sur UPW, dans son livre La Force des Discrets. Le programme a évolué entre ce qu’elle décrit et ce que j’ai vu sur la version 2016. Mais l’idée reste la même : Tony est complètement extraverti (« le plus extraverti du monde » selon elle) et il accueille chaque regard. On sent que chaque conversation avec une nouvelle personne le stimule. Il nous incite à changer et cela gêne en partie l’auteur et beaucoup d’introvertis. Parce que la sociabilité exacerbée a fonctionné pour lui, il nous promet le meilleur si nous faisons de même. Je pense qu’un introverti s’épuiserait à trop en faire, mais il a raison sur le fait de provoquer des rencontres bénéfiques pour nos accomplissements. Et cela implique évidemment de communiquer avec des inconnus. Susan a pour sa part décidé de ne pas monter sur les braises, nous rappelant que chacun est libre de ses actions malgré l’effet de masse.

Le temps y passe très vite. Les activités et danses s’enchaînent, et déjà le 4e jour se termine. C’est une des rares fois où je ne me suis pas ennuyée alors que j’étais entourée de monde pendant un long moment. Parfois je plongeais ma tête dans le manuel pour ne pas avoir à parler à d’autres. Je savais que j’en avais besoin, et puis relire ses notes est très important pour ancrer les concepts dans la mémoire !

Je suis rentrée avec étonnamment beaucoup d’énergie et de projets. Très peu de sommeil, mais en pleine forme. Mon objectif initial était de trouver de l’inspiration pour mes prochaines actions. J’ai découvert qu’au final l’inspiration était déjà complètement en moi. Je ne me savais pas encore introvertie, mais j’avais quand même conscience de toute mon imagination et ma créativité. Simplement, j’avais peur. Peur du jugement et du rejet, peut-être, je ne sais pas trop. Juste peur.

Je ne pense pas qu’il y ait besoin de traverser la Manche pour lever ces peurs. Cet événement m’a apporté des réponses que j’aurais pu trouver ailleurs. Je les ai eues ici, et je vous souhaite de les trouver peu importe où et quand. Quelles sont vos stratégies pour avancer malgré vos doutes ? Parvenez-vous à réduire le nombre de questions dans votre tête chaque seconde ? Racontez-moi comment vous sortez de votre de zone de confort pour aller vers ce que vous voulez vraiment ?