Travailler à son compte : la solution quand on est introverti ?

Faut-il travailler à son compte pour être heureux, quand on est introverti ? En effet, travailler à son compte implique généralement une plus grande indépendance dans la gestion de notre emploi du temps, de ses choix, la possibilité de travailler de chez soi bien plus souvent, voire exclusivement… autant de choses qui sont, à première vue, très attirantes quand on est introverti.

Les avantages de travailler à son compte quand on est introverti

Travailler à son compte implique bien souvent la possibilité de :

  • Choisir la quantité de personnes que l’on va voir en fonction de son envie, de son énergie
  • Choisir le rythme de travail de la journée
  • Choisir les méthodes de vente, le style que l’on souhaite se donner, sans se soumettre à des directives de l’employeur (comme « tu devrais parler plus », « être plus visible », « participer à la cohésion d’équipe », etc.)
  • Ne dépendre de personne, n’avoir de comptes à rendre à personne (ce qui est souvent adapté au personnes introverties, généralement assez indépendantes dans leur manière de travailler)
  • etc.

Quand on est introverti, le contact avec les autres a tendance a être fatiguant. On a besoin de temps seul pour se ressourcer. Que ce soit en travaillant seul dans son coin, ou en faisant des pauses solitaires.

Autant dire que le rythme social proposé par la plupart des employeurs n’est pas la panacée pour les tempéraments introvertis.

Arrivée le matin : dire bonjour à tout le monde.

Puis on enchaîne les réunions.

Ensuite : déjeuner avec toute l’équipe, suivie d’un café tous ensemble également. Blagues, effet de groupe… tout ce que les introvertis « adorent » (c’est de l’ironie).

Réunions encore. Conversations croisées entre quelques personnes bavardes du bureau, qui nous donnent un sentiment de culpabilité de ne pas participer… tout en ayant un sentiment d’agacement de ne pouvoir se concentrer sur son boulot.

Quand vous êtes à votre compte : aux oubliettes tous ces problèmes.

D’autant plus que quand on est à son compte, cela demande bien souvent de réfléchir, d’être stratégique, de se former, d’avoir une vision à long terme… ce qui convient généralement bien aux tempéraments introspectifs.

Mais travailler à son compte ne convient pas à tout le monde

En effet, travailler à son compte implique d’aller de soi-même à la rencontre des autres : pour trouver des partenaires, pour trouver des clients, etc… Quand on a un employeur, le cadre social est donné, comme sur un plateau d’argent.

Quand on est à son compte, il faut se botter les fesses soi-même, sinon on reste seul, personne ne vient à vous. Cela peut rapidement devenir un gros problème si on n’a pas l’énergie nécessaire, et l’avantage d’être seul chez soi peut devenir un poids insurmontable.

Une sorte de « prison dorée », dans laquelle on se sent bien, on se sent confortable, car on est seul avec soi-même, mais qui nous empêche de progresser, de faire croitre notre activité, par manque d’énergie pour aller de soi-même vers les autres.

Les bonnes questions à se poser avant de se mettre à son compte

Je crois que ce qui est très important, c’est de se poser les bonnes questions : « pourquoi être à mon compte m’attire-t-il » ? Qu’est-ce que je recherche ?

Si ce dont je rêve, c’est plus de solitude… alors, cela peut probablement être résolu de bien d’autres manières que de me mettre à mon compte : demander plus de télétravail, m’isoler de temps en temps au bureau pour travailler dans un cadre plus calme, mieux gérer mon équilibre vie pro / vie perso… éventuellement trouver un autre job où l’employeur est plus flexible en ce qui concerne le télétravail, etc.

Si ce qui me gêne aujourd’hui, c’est ma difficulté à m’intégrer dans l’équipe, à être à l’aise avec les collègues, à coller aux attentes de l’employeur en ce qui concerne ma sociabilité au sein de l’organisation pour laquelle je travaille : là encore, de nombreuses autres solutions s’offrent à vous que de tout quitter et vous mettre à votre compte, avec les risques que cela comporte.

Vous pouvez travailler sur vous pour vous sentir mieux dans votre peau, apprendre à vous affirmer dans le respect de votre tempérament introverti (on voit ça en détails dans ma newsletter quotidienne), apprendre à mieux expliquer à votre employeur votre fonctionnement pour qu’il respecte votre manière de faire les choses, votre manière de travailler… encore une fois, vous mettre à votre compte n’est pas forcément la solution, car vous risquez alors de retrouver d’autres problèmes (tels que ceux mentionnés plus haut), auxquels vous ne vous attendez pas.

En fait, si vous souhaitez vous mettre à votre, cela doit venir d’une quête de sens

D’une envie profonde de créer. De proposer quelque chose de nouveau.

Une envie profonde d’apporter quelque chose : à la société, ou aux autres, ou à l’économie, ou à l’environnement, ou au monde, quoi que ce soit… mais cette envie doit dépasser les petits problèmes du quotidien comme l’envie d’être plus souvent seul ou de ne pas être confronté à ses collègues.

D’ailleurs, il y a peut-être là quelque chose de fondamental quand on est introverti.

Comme l’expliquait Susan Cain dans son livre « La force des discrets » : quand on est extraverti, la journée standard de bureau apporte tout son lot de joies, d’amusement, qui suffisent bien souvent à apporter du plaisir. Le petit café avec les collègues, la réunion où on peut échanger avec les autres, les petites blagues et bonnes ambiances dans l’open-space, etc.

Quand on est introverti, ces petites choses ont plutôt tendance à drainer notre énergie. On a tendance à préférer ces moments où l’on peut se concentrer longuement et en détails sur une tâche, sans être interrompu, ou éventuellement ce déjeuner à 2 avec un collègue qu’on apprécie et où on peut refaire le monde. Ce ne sont pas des choses très faciles à obtenir dans un emploi du temps classique chez la plupart des employeurs, qui privilégient la performance de groupe et la cohésion d’équipe.

C’est pourquoi cette question du sens est probablement au centre de la décision de se mettre à son compte, quand on est introverti.

Si on est dans une quête de plus de sens, et une envie de créer alors travailler à son compte peut être une solution à envisager sérieusement.

N’hésitez pas à rejoindre la newsletter quotidienne gratuite pour y voir plus clair sur votre tempérament (plus d’infos sur la page d’accueil de ce site), et vous pouvez également continuer votre lecture avec cet article sur les avantages d’un métier solitaire.