« A force de respecter mes besoins de solitude, je vais m’isoler ! »

 

Une petite question qui trotte souvent dans la tête des personnes qui découvrent leur tempérament introverti.

 

 

Le truc, c’est que souvent notre vie ressemble à ça :

 

Le matin, on arrive au boulot.

Des dizaines de personnes nous voient arriver. On dit bonjour vaguement.

 

On s’assoit.

A 10h, toute l’équipe va boire un café.

 

On vient avec eux, même si on était en plein milieu d’une tâche importante.

Parce qu’on aurait peur de rater quelque chose. D’être mis à l’écart.

 

A la pause-café, on ne se sent pas très bien.

On est assez silencieux.

Un peu à l’écart justement.

Mais au moins on est là.

 

Puis, une réunion. De 11h à 12h.

On aimerait intervenir, dire quelque chose.

On nous a si souvent reproché notre manque de participation en réunion.

Mais rien ne vient. D’ailleurs on se demande un peu à quoi sert cette réunion… pourquoi on y a été invité.

 

Pause-déjeuner : rebelote.

On va avec les collègues à la cantine.

Il y a du brouhaha partout.

On entend rien : conversations croisées autour de nous, rires, blagues rapides… on ne comprend pas grand-chose.

Alors quant à répondre quelque chose ! encore faudrait-il arriver à suivre.

 

L’après-midi continue entre réunions et moments de déconne dans l’open-space.

On se sent gêné quand le gros rigolo du groupe se lève soudain pour raconter une blague… on était en train de faire un truc, mais on ne veut pas rester non-plus à l’écart…

 

La journée se termine.

Eventuellement encore une petite soirée avec des amis dans laquelle on a du mal à être présent.

 

On est épuisé.

On ressasse notre journée, et tous ces moments où on aurait aimé être plus présent.

 

Pas qu’on soit pas du tout intégré…  non on sent bien que certaines personnes nous apprécient.

 

Mais on se sent à l’écart.

Souvent incapable d’intervenir au bon moment.

 

Demain, il faudra se bouger un peu pour participer plus à tous ces moments.

 

 

Une journée classique.

 

 

Revenons à notre phrase du début : « A force de respecter mes besoins de solitude, je vais m’isoler ! »

 

Le truc, c’est que dans ce type d’emploi du temps, il y a encore de la marge avant de s’isoler.

 

Et, d’un certain côté, on est déjà assez isolé, puisque même quand on est avec les autres on n’est pas vraiment présent, pas vraiment « inclus ».

 

 

Ce que je recommande : c’est de s’isoler de temps en temps pour être plus présent quand on est avec les autres.

 

Si on a sa dose de solitude,

 

On a ensuite plus d’énergie pour se forcer un peu à aller vers l’autre. A l’écouter. A participer.

 

 

Ne vous est-il jamais arrivé de passer quelques jours seul(e), et de sentir une envie énorme d’aller vers les autres ensuite ?

Car non, le but n’est PAS de devenir ermite.

 

Bien au contraire : le but est de prendre pleinement plaisir dans sa vie sociale. De s’y sentir bien.

 

C’est un équilibre à trouver.

 

Il faut y penser tout le temps, tous les jours.

 

Et il y a plein de choses qu’on peut faire pour maintenir cet équilibre, même dans un emploi du temps surchargé.

 

Je vous montre comment faire sur cette page.

 

Pour avoir toujours l’énergie nécessaire pour les autres, quand vous en avez besoin.

 

A bientôt,

Julien