Excusez-le il est un peu timide…

Un truc me frappe de plus en plus ces derniers temps,
Avec mes enfants qui grandissent.

Et ça me rappelle de plutôt mauvais souvenirs…

Vous rendez visite à quelqu’un avec votre enfant de 3 ans.
L’hôte dit bonjour à votre enfant… et votre enfant se cache alors derrière vos jambes.
Réaction classique de l’hôte : « oh mais c’est pas grave, il est juste un peu timide ».

Bam.

Comment on met une étiquette sur un enfant de 3 ans.
Votre enfant sait à peine parler, qu’il faut déjà qu’il dise bonjour de manière authentique et sûr de lui,
Sinon c’est qu’il est timide.
(en plus, avoir peur des inconnus à 3 ans me paraît plutôt normal…
… si les enfants de 3 ans n’avaient pas peur des inconnus, ce serait plutôt dangereux pour la survie de l’espèce humaine).

Mais on sent que l’hôte est embêté qu’on ne lui dise pas bonjour.
Même si c’est un enfant de 3 ans.
Ca ne correspond pas aux codes de bonne conduite.
Et Dieu sait qu’ils sont importants en France… ces f**tus codes de bonne conduite.

Le truc, c’est que ça n’arrête pas.
A 6 ans on va embêter l’enfant pour qu’il sache se présenter aux grandes personnes.
On va l’embêter pour qu’il ne soit pas dans la Lune,
(quoi de plus normal qu’un enfant de 6 ans dans la Lune… franchement !)

On lui demande d’être alerte,
D’être sage, sauf quand on lui demande de parler, de raconter, alors il faut qu’il s’y mette.
Sans hésiter.

A 12 ans on va lui demander de participer en classe,
De lever la main pour répondre quitte à dire une bêtise…

A 25 ans de participer en réunions, de donner son avis même s’il n’est pas bien réfléchi…

Et tout ça va contre notre manière de fonctionner.

Qui est rêveuse.
Réfléchie.
Qui a besoin de temps.
Qui est capable de déplacer des montagnes,

Mais dans le calme, sans précipitation, sans trop parler.

Depuis tout petit on nous excuse d’être comme on est.
On nous dit que si on étant un peu différent… ce serait mieux.

Alors, à 30, 40, ou 50 ans, on continue… par nous-même.
On s’excuse nous-même, dans notre tête, d’être comme on est.
On s’en veut d’être trop silencieux,
trop dans la lune,
trop lent dans les discussions,
trop long à prendre une décision,
trop calme,
trop tranquille,

On s’excuse d’être ce qu’on est.
Et on cherche en permanence à être un peu différent.
Pour être quelqu’un de bien.
D’apprécié.

Rien de tel pour manquer cruellement de confiance en soi.

Surtout que c’est voué à l’échec : on ne change pas sa nature profonde.

Pourtant, le gros avantage quand on est adulte,
C’est que les qualités comme le calme,
L’écoute,
La réflexion,
L’empathie,
Peuvent être des qualités très appréciées.

On vous dira rarement : « ce que j’adore avec toi, c’est que t’es tranquille, calme, on se sent bien avec toi ».

Mais beaucoup le pensent sans vous le dire. Beaucoup le ressentent.
Et vous apprécient pour ce que vous êtes, vous font confiance… en silence.

Le truc, c’est qu’il faut y croire.
Avoir confiance en cette manière d’être qui vous est naturelle.

Cesser de s’en vouloir d’être qui vous êtes.

Pour ça, cela demande de bien réfléchir à tout ce que vous avez essayé de changer en vous au cours des années, notamment sous cette « pression extravertie » subie depuis tout petit.

Et ensuite, de trouver tout ce qui fait la beauté de votre tempérament,
Les forces que vous avez en tant qu’introverti,
La manière dont vous pouvez communiquer en restant vous-même,
Les besoins que vous avez et n’osiez peut-être pas vous avouer (comme être beaucoup seul)

Tout un chemin passionnant d’introspection,
que je vous aide à parcourir dans la formation Introverti Epanoui.

Je vous explique en détails sur cette page en quoi consiste ce chemin,
Et comment le parcourir peut véritablement vous changer la vie,
Vous apporter une nouvelle sérénité incroyable,
Une nouvelle aisance dans vos relations,
Une nouvelle force dans tous les aspects de votre vie.

Cliquez sur ce lien pour découvrir ce chemin