Cette croyance nous empêche d’être à l’aise avec les autres

Pour être à l’aise avec les autres, il faudrait être bavard, avoir des choses à dire, être gai et punchy.

 

(Oui, je sais, si vous me suivez depuis quelques temps : ce n’est pas la première fois que j’en parle.

Mais je vais vous en parler encore un peu, parce que c’est tellement important).

 

 

Quand j’échange avec beaucoup d’entre vous, je me rends compte à quel point cette CROYANCE est si profondément ancrée

 

A quel point il est difficile de s’en défaire.

 

 

Oui, on se rend bien compte qu’on est un peu différent,

et qu’il faut accepter cette différence pour se sentir bien dans sa peau.

 

On se rend bien compte qu’on doit accepter qu’on est quelqu’un de plus réfléchi, de calme, à l’écoute,

 

qu’on a besoin de moments seul,

 

qu’on préfère les conversations tranquilles à 2 aux grands bavardages dans les groupes,

 

 

 

Mais quand vient l’envie d’approcher un groupe,

 

Quand vient le moment d’aller vers quelqu’un qu’on ne connaît pas,

 

Quand vient la réunion professionnelle où on aimerait bien ne pas rester transparent,

 

On se demande : « qu’est-ce que je vais bien pouvoir dire, comment je vais pouvoir intervenir ? ».

 

« comment faire pour être assez punchy, assez cool, pour que l’autre m’apprécie ? »

 

 

Et là, gros trou noir.

 

On a l’impression que notre vie et notre cerveau sont vides.

 

On a l’impression qu’il ne s’y passe rien.

 

Et on a l’impression, qu’en face de l’autre personne qui a tant d’énergie et le contact facile, on est bien fade.

 

 

 

Le problème, c’est qu’on est trop focalisé sur « dire quelque chose, avoir quelque chose à dire ».

 

Personnellement :

  • préférez-vous passer la soirée avec une personne qui vous raconte plein de choses sur sa vie ?
  • ou avec une personne qui vous pose des questions, s’intéresse à vous ?

 

 

La clé, pour être plus relax dans ses relations, pour en profiter plus, pour être plus à l’aise…

 

… c’est de casser ce mythe qu’on « devrait parler plus ».

 

 

Ce mythe nous bloque (parce qu’on a beau faire, depuis qu’on essaie, on n’y arrive pas – et c’est bien normal quand on est introverti, car parler de soi ou de sa vie à des gens qui ne sont pas très proches, ce n’est pas du tout naturel),

 

 

Et en plus, c’est un mythe.

 

 

Oui : savoir raconter des choses, ça aide. On ne va pas dire le contraire.

 

Mais ce n’est pas la seule chose qui aide, loin de là.

 

Et quand on est introverti, il y a tout un tas d’autres cordes qu’on peut ajouter à son arc.

 

 

L’important, en fait, ce n’est pas tant de parler que de :

  • diminuer le stress qui accompagne ces rencontres
  • se sentir bien dans sa peau
  • être ouvert à l’autre

 

Vous vous doutez bien que si vous arrivez en face de quelqu’un ou dans un groupe totalement serein, souriant, en regardant les gens droit dans les yeux et en montrant que vous êtes très heureux d’être là et que vous avez envie d’échanger avec eux (même si sur le moment vous n’avez pas grand-chose à dire) :

 

la situation peut devenir d’un coup beaucoup plus facile.

 

 

Si vous regardez un peu ce qui se passe, dans la plupart des groupes, il y a quelques personnes qui accaparent toute la conversation et d’autres qui parlent peu.

 

Ces personnes qui parlent peu, ne donnent pour autant pas l’impression de ne pas participer.

 

Pourquoi ?

Parce qu’elles sont totalement présentes. Elles écoutent. Elles rient. Elles n’ont pas peur de la réaction des autres. Elles se sentent bien.

 

Parfois, ces personnes ne parlent pas du tout. Mais personne ne songerait à dire qu’elles sont trop discrètes ou à l’écart. Non.

 

 

Le truc, c’est comment on arrive à être dans cet état d’esprit.

 

Comment on arrive à ne plus stresser, et à s’ouvrir à l’autre.

 

A s’intéresser sincèrement à la situation, à être présent.

 

 

 

A force d’accompagner des personnes introverties depuis des années,

 

j’ai identifié quelques astuces qui aident la majorité des personnes introverties à diminuer rapidement le stress, à s’ouvrir à l’autre, et à prendre confiance en eux dans leurs relations avec les autres.

 

En restant soi-même, naturel.

 

 

Ces astuces, je les partage dans ma nouvelle formation

 

« Etre à l’aise avec tout le monde : les techniques sur-mesure pour introvertis pour vous affirmer sans stress auprès des autres »

 

encore disponible aujourd’hui sur cette page.