Tu es extraverti dans tes écrits – ou comment avoir une vie d’introverti décomplexée

« Mais Julien, tu nous parle d’introversion mais tu es extraverti dans tes écrits ! »

 

Celle-là, on me l’a dite un certain nombre de fois…

 

Je pense qu’il y a un énorme malentendu à clarifier.

Etre introverti, ce n’est PAS ne pas savoir parler.

 

Ce n’est PAS ne rien dire,

Ce n’est PAS avoir du mal à exprimer ses émotions,

Ce n’est PAS garder ses histoires pour soi…

 

Etre introverti, ce n’est pas non plus être barbant et trop sérieux

(celle-là aussi on me l’a faite : « comment peux-tu être introverti alors que tes écrits sont dynamiques, il y a du rythme… » – no comment)

 

Oui nous sommes des personnes plus « réservées » que les autres.

 

Pour moi, cela signifie que je ne ressens pas le besoin de parler de moi avec des personnes qui ne sont pas encore entrées dans mon cercle d’intimité.

 

Mais une fois qu’une personne est dans mon cercle d’intimité, c’est différent.

 

Dans ma newsletter, vous êtes dans mon cercle d’intimité. Je ne connais pas les 8000 et quelques d’entre vous.

 

J’en connais quelques-uns :

ceux qui m’écrivent, ceux qui participent à mes formations, ceux que j’accompagne en coaching, ou ceux qui me suivent depuis longtemps et commentent…

 

Mais bien que je ne connaisse pas personnellement la plupart d’entre vous, je vous connais quand même un peu.

Parce que je sais que vous avez plein de choses communes avec moi.

Que vous vous reconnaissez dans les histoires que je vous raconte. Que vous avez des ressentis, des expériences passées, similaires aux miennes.

 

Alors pour moi, vous faites un peu partie de mon intimité.
Et je peux être totalement ouvert avec vous. Je sais que vous me comprenez.

 

Non, être introverti ce n’est pas ne rien dire.

Etre introverti, c’est juste avoir besoin de beaucoup de temps seul, ou « dans son monde ».

C’est juste une manière de fonctionner, très tournée vers l’intérieur, vers nos pensées, nos rêves…

C’est juste une manière d’être : souvent peu expansive, un peu sérieuse (mais pas tout le temps), calme, souvent un peu discret…

 

 

Mais cela ne nous empêche pas d’avoir des passions à raconter,

Des émotions intenses à exprimer,

 

Des besoins énormes d’amitiés et d’amour,

L’envie de partager avec les autres, de parler, d’écouter, de partager des moments agréables avec des personnes qu’on apprécie, quand on en a envie.

 

 

Le problème, c’est quand on n’arrive pas à assouvir tous ces besoins, car nombre de nos contacts avec les autres nous stressent.

 

Le problème, c’est quand notre soif d’amitié est frustrée parce qu’on n’arrive pas à entrer en contact avec les autres, parce qu’on a l’impression d’être inintéressant, de n’avoir rien à dire, de ne pas savoir écouter l’autre…

 

Le problème, c’est quand on n’arrive pas à exprimer toutes ces émotions, tous nos besoins profonds, même avec les personnes qui nous sont proches…

… parce que tout ça est bloqué quelque part en nous.

 

Le truc, c’est d’arriver à débloquer tout ça, pour avoir une vie d’introverti décomplexée :

  • entre moments solitaires et moments de plaisirs et d’échanges avec les autres
  • entre moments de rêveries et moments d’attention
  • entre moments où on est « secrets » et moments où on exprime ce qu’il y a en nous

 

Sans stresser de quoi que ce soit, en faisant simplement les choses telles qu’on les sent et telles qu’elles nous font plaisir.

 

Je partage avec vous sur cette page 7 astuces pour décomplexer votre vie d’introverti(e), et la vivre à pleines dents.