Comment séduire quand on est introverti (et qu’on n’aime pas faire le pitre)

On vous l’a dit et redit, pour séduire il n’y a qu’un seule solution : faire le beau, dire des choses intéressantes, être drôle, charismatique, montrer une confiance en soi à toute épreuve qui rassure l’autre, instaurer discrètement un contact physique avec l’autre…

Cela m’a toujours semblé impossible. Je ne SAIS PAS faire ça. Et à en croire les nombreuses questions que je reçois par email à ce sujet, je ne suis pas le seul.

Comment est-il possible de séduire une personne qui nous plait alors que nous avons tellement de mal à engager une conversation.

Comment serait-il possible de séduire alors que nous avons tant de mal à nous dévoiler. Nous gardons tant de choses en nous. Même notre corps, nos attitudes, ne laissent rien paraître. Nous sommes un peu “froid” au premier abord. Le contact physique, alors que nous ne nous connaissons qu’à peine, ce n’est pas pour nous. Alors comment l’autre pourrait comprendre que nous lui portons de l’intérêt ?

Comment entretenir une conversation avec une personne que nous rencontrons pour la première fois, alors que nous détestons parler de la pluie et du beau temps. Nous ne savons que dire, ayant peur d’entrer trop rapidement dans des sujets sérieux et profonds qui feront fuir la personne désirée en quelques instants.

Tout cela semble impossible.

Crédit photo : @Hartwig HKD, Flickr

Et c’est pourquoi, tout naturellement, la plupart des personnes introverties tentent de s’extravertir lorsqu’elles souhaitent séduire.

Pour plaire, nous tentons de nous forcer à parler plus que nous n’en avons l’habitude. Nous nous forçons à être drôles, à montrer de l’énergie, du charisme. Nous avons entendu un peu partout que pour plaire, il faut faire le coq. Alors, nous essayons de faire le coq. Le problème, c’est que nous jouons mal ce rôle. Et ça ne marche pas.
Sans compter que jouer ce rôle amène un grand stress. Car on a sans cesse l’impression que l’on ne sera pas au niveau. Que l’on ne saura que dire au bon moment, que l’on ne sera pas assez drôle, que l’on n’aura pas assez de charisme… On est touché au cœur de notre virilité, fragilisée par ce reflet de nous-même qui n’est pas à la hauteur. Ce stress se ressent bien-sûr. Et nous bloque totalement. Nous nous bloquons dans une image de nous-même que nous aimerions être, et ne sommes pas. Au lieu d’être nous-même, tout simplement.

Souvent, à cause de cette pression de devoir parler et faire le beau, on se retire. On n’ose pas. De peur de faire un pas de travers. Et finalement, on repart sans même avoir réussi à approcher la personne désirée.

Lorsque l’on recherche des conseils sur la séduction, on trouve bien souvent les mêmes conseils : se mettre en scène, sortir beaucoup et s’entrainer à aborder et séduire le plus de personnes possibles pour que cela devient une habitude, jouer au coq. Lorsque nous essayons de suivre ces conseils, nous autres personnes introverties qui aimons tant le calme, le respect de l’autre, l’écoute… Lorsque nous essayons de suivre ces conseils, nous nous épuisons, et cela ne marche pas. S’entraîner à aborder le plus de filles possibles par exemple, dans le simple but de s’habituer à aborder une personne inconnue avec aisance : rien de tel pour saper sa confiance en soi et nous dégouter à tout jamais de l’acte de séduction.

Pourtant, les introvertis ont d’autres cartes en main.

Et ce sont ces cartes qui feront toute la différence. Nos atouts à nous les introvertis. Des atouts plus subtiles, qui amènent le contact en douceur, avec intelligence.

Pour cela, il faut apprendre à connaître ses propres atouts, et à les apprécier à leur juste valeur, dans un monde qui considère bien souvent ces atouts comme des défauts. Rien de tel que d’être soi bien-sûr, montrer sa vraie personnalité. L’assumer pleinement, quoi qu’en pensent les bien-pensants.

Mais avant de parler de nos atouts, encore quelques mots pour casser un mythe. En fait deux mythes.

Le premier mythe est celui de la femme qui aime l’homme charismatique, beau-parleur, macho. On peut à la limite s’entraîner à jouer ce rôle pendant l’acte de séduction. On peut à la limite y arriver pas trop mal, avec un peu d’entraînement beaucoup d’énergie sur le moment. Mais peut-on rester dans ce rôle pendant des jours ? Des semaines ? Des années ? Que se passe-t-il quelques jours ou quelques semaines plus tard lorsque le masque tombe, et que notre nouvelle partenaire découvre qui nous sommes vraiment ?

Ce n’est pas tenable.

Jouer un rôle qui n’est pas le nôtre est le meilleur moyen de rencontrer des personnes qui ne nous correspondent pas.

Le deuxième mythe est celui que l’on pourrait séduire n’importe qui, même lorsque cette personne ne nous plait qu’à moitié, seulement pour passer un bon moment. Certains savent faire cela. Mais il y a un gros problème ici pour une grande partie des personnes introverties : nous ne SAVONS PAS être faux. Si on n’y croit pas vraiment, cela se voit. Cela se sent. Et cela fait fuir. Et d’ailleurs, au plus profond de nous, est-ce vraiment cela que nous souhaitons ?

Les personnes introverties n’aiment pas, et bien souvent ne savent pas être « fausses ». Mieux vaut rester authentique, dans le rôle que nous jouons le mieux !

Pour ma part, les quelques fois où j’ai été vraiment bon en séduction ont été des moments où :

– je sentais une grande attirance sincère au plus profond de moi, un “feeling” très fort avec cette personne, l’impression que l’on se connaît depuis toujours et que l’on se comprend on premier abord.

– j’étais dans un moment bien dans ma peau, je ne cherchais pas à être quelqu’un d’autre, j’étais moi-même, heureux d’être là. Je profitais simplement du moment sans aucune pression pour faire aboutir.

Dès lors, les choses se font naturellement. Sans chercher à impressionner. Sans chercher à séduire. Simplement parce que cette personne m’intéressait réellement, sincèrement, et que j’avais réellement envie d’en savoir plus sur elle.

(pour apprendre à séduire de manière naturelle, sincère, cet article vous donnera des clés pour aller aller plus loin).

Et c’est là que sont nos atouts d’introvertis en séduction :

Nous sommes sensibles, empathiques, nous aimons faire parler l’autre et rester légèrement en retrait pour ne pas prendre trop de place… Naturellement, sans avoir à jouer aucun rôle, nous donnons l’impression à l’autre qu’il est important. Que nous ne nous mettons pas plus avant que nécessaire. Que nous sommes une personne sur laquelle elle pourra compter. Une stabilité se dégage, qui rassure. Autant de qualités qui attireront les bonnes personnes. Les personnes qui nous correspondent. Les personnes qui aiment les personnes plutôt discrètes, à l’écoute, profondes, stables, entières.

Ensuite, on peut parler de techniques d’approche bien-sûr. Comment entamer une conversation lorsque l’on se sent paralysé. Comment entretenir la conversation. Mais bien souvent, lorsque l’on se sent bloqué pour approcher une personne, lorsque l’on n’arrive pas à entretenir une conversation, ce n’est pas par manque de répartie ou de “techniques”. C’est par manque de bien-être intérieur. Ou parce que le “feeling” profond n’y est pas.

Lorsque l’on se sent bien dans sa peau, et que la personne nous intéresse sincèrement, les choses se font bien souvent naturellement. Il suffit de s’approcher un peu physiquement, de s’insérer dans le groupe de discussion dont cette personne fait partie par exemple, d’écouter ce qui se dit, de sourire, d’être bien, et petit à petit, le rapprochement se fait lorsqu’il y a un intérêt commun. Pas d’obligation à parler. Pas de techniques de séduction. Simplement entrer en contact, en discrétion, de manière subtile.

Et une fois le contact enclenché, vient la peur de ne savoir entretenir la conversation. Mais lorsqu’il y a un intérêt sincère, est-il possible de ne savoir entretenir la conversation ? Lorsque l’on se sent bien avec cette personne, que nous avons l’impression que nous nous connaissons depuis toujours, et que sa vie nous intéresse sincèrement, est-il possible de ne pas trouver de questions à poser sur l’autre ?

Mais il me semble que toutes ces “techniques” ne sont rien à côté de l’importance d’être bien dans sa peau. D’être heureux d’être soi. D’être confiant dans le fait que l’on n’a pas à jouer un rôle, que l’on peut simplement être soi.

D’ailleurs, lorsque l’on regarde un peu ce que les coachs en séduction proposent (les bons coachs), c’est assez surprenant. Pour accrocher votre attention ils vous proposent d’apprendre à séduire facilement la femme de vos rêves avec 10 techniques magiques. Mais une fois votre intérêt capté, ils vous expliquent petit à petit que la clé réside dans votre confiance en vous, dans votre bien-être intérieur, dans le fait d’être bien dans sa peau. Et au final ils vous vendent un programme de coaching pour apprendre à trouver un équilibre intérieur apaisé, être bien dans sa peau, être heureux d’être soi.

Etre bien dans sa peau lorsque l’on est introverti est souvent un défi.

Car on reçoit en permanence ce message terrible qu’il faudrait parler plus, savoir mieux se mettre en avant, être plus “cool”, sortir plus, avoir beaucoup d’amis… On reçoit en permanence ce message que nous n’avons pas le droit d’être ce que nous sommes. Etre une personne discrète, ça dérange. C’est mal. En tout cas c’est ce que nous pensons.

Pourtant de nombreuses personnes discrètes réussissent. Elles occupent des postes clés de management (comme en atteste cet article qui affirme à propos des managers introvertis que “lorsqu’ils prennent enfin la parole, tout le monde tend l’oreille”), des postes d’acteurs (l’atteste Emma Watson qui affirme dans cet article être introvertie, et détester les soirées avec beaucoup de monde), de politiques (comme Barack Obama qui aime “s’intérioriser avant de répondre aux questions” – voir cet article)…

Comment font ces personnes ? Elles ont appris à être elles-mêmes, à jouer sur leurs propres atouts, sans chercher à rentrer dans un moule qui leur est étranger.

Ce n’est pas évident, car apprendre à aimer sa discrétion, son amour pour le calme, la réflexion, peut paraître contre-intuitif dans notre société de paraître et de belle-parole.

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

  • Vous aimeriez pouvoir rencontrer de nouvelles personnes sans stress, avec sérénité, que ce soit pour séduire votre dulcinée ou trouver de nouveaux amis ?
  • Vous pensez que mettre en valeur vos qualités de personne discrète, pourrait vous aider dans vos relations ?
  • Vous souhaiteriez vous sentir bien au plus profond de vous, pour que les relations avec les autres ne soient plus un problème ?
  • Pensez-vous que trouver un équilibre vous permettant d’être authentique, vous-même, pourrait vous aider à être plus à l’aise dans les discussions ?
  • Vous aimeriez être capable d’avoir de la répartie, sans pour autant jouer un rôle d’extraverti qui ne vous correspond pas ?

Si vous avez répondu oui à au moins 3 de ces questions, ne ratez surtout pas cet article « L’art de la séduction quand on est introverti : les méthodes simples pour faire des rencontres mémorables sans changer votre nature ».

Evous, quels sont vos défis en séduction, comment vous sentez-vous dans ces moments ? Et quelles sont les techniques qui vous ont aidé ?