Comment retrouver confiance en soi ?

Comment retrouver confiance en soi, quand on a perdu confiance en qui l’on est ? Quand l’on a subi régulièrement des critiques sur notre manière d’être, silencieuse, discrète ? Comment retrouver confiance en soi, alors que justement on ne sait plus vraiment qui on est ?

Il existe énormément d’articles sur le sujet (tapez “confiance en soi” sur Google, vous verrez !), énormément d’experts (beaucoup plus experts que moi) sur le sujet, et autant de théories différentes que d’experts… allant parfois dans des sens totalement opposés. Comment s’y retrouver ?

Existe-t-il des techniques pour avoir confiance en soi ? Ou est-ce plus complexe que ça ?

Et comment retrouver confiance en soi quand on est introverti ?

Les méthodes classiques, où on vous dit de vous forcer, de sortir de votre zone de confort, sont-elles adaptées ?

Avant d’aller plus loin, il me semble important de faire un point sur ce que signifie vraiment la confiance en soi. Car il y a beaucoup de confusion ne la matière. Chacun y va de sa définition, qui correspond à une manière d’être… souvent extravertie il faut le dire.

Or, comme nous le verrons ci-dessous, on peut être confiant en soi dans certains domaines et non dans d’autres. Il est vrai que beaucoup d’introvertis ne se sentent pas très sûrs d’eux lorsqu’il s’agit de “paraître”, face aux autres. Mais ils peuvent avoir une grande confiance en eux dans d’autres domaines (comme le sport, ou l’apprentissage de connaissances par exemple).

Qu’est-ce que la confiance en soi ?

Voici quelques définitions trouvées à droite à gauche :

“Assurance, hardiesse, courage qui vient de la conscience qu’on a de sa valeur, de sa chance” (Larousse.com)
“Avoir confiance en soi c’est avant tout se connaître, c’est croire en son potentiel et en ses capacités” (Psychologies.com).
“L’évaluation réaliste et ponctuelle qu’on a les ressources nécessaires pour affronter une situation particulière” (Redpsy.com)

En somme, la confiance en soi découle de la connaissance de soi :

Si l’on a une idée réaliste de ses qualités et défauts, de ses forces et faiblesses, on est capable d’appréhender une situation avec plus de sérénité.

Prenons un exemple : la participation à une réunion de 10 personnes situation difficile pour la plupart des introvertis.

Exemple 1 : vous vous dites “Je ne suis pas sûr de moi” : 

Je panique à l’avance, je suis sûr que vais de nouveau rester silencieux durant toute la réunion, et on va encore me faire des remarques à la fin de la réunion sur mon silence, etc. etc.
Dans ce cas-là ? Vous vous sous-estimez, et au lieu de regarder la situation objectivement en listant vos qualités et vos défauts, vous ne pensez qu’à vos défauts et aux expériences passées cuisantes.

Exemple 2 : vous vous dites “Je suis relativement sûr de moi” :

En tant qu’introverti, je sais que les réunions sont difficiles pour moi car c’est un terrain dangereux pour mon tempérament : mes pensées mettent plus de temps à s’organiser que pour d’autres – difficile donc d’émettre rapidement une opinion, et les réunions ressemblent souvent à une mêlée de paroles et de gens, qui m’assourdissent car le bruit et le monde m’épuisent, comme pour tout introverti. Donc, pour minimiser l’impact de toutes ces difficultés, je mets en place des stratégies telles que s’assoir à côté d’une ou deux personnes que j’apprécie et avec lesquelles je peux échanger en tête à tête (cela permet de réduire un peu “l’effet de groupe” qui m’épuise), à la pause je m’éclipse aux toilettes ou je vais marcher seul dehors.
Que fais-je en me disant ça ? Je regarde la situation objectivement, en étant parfaitement conscient de mes qualités et de mes limites, et adapte la situation à ma personnalité, pour que je m’y sente le mieux possible.

Comment retrouver confiance en soi est une mauvaise question.

Parce que la confiance en soi évolue constamment. Elle varie en fonction des situations, de l’énergie, de l’heure de la journée, etc. 

Et puis, on n’est jamais confiant en tout. Même les personnes qui donnent le plus l’impression d’avoir confiance en elles ont des domaines dans lesquels elles ne sont pas sûres d’elles. Et souvent, les personnes qui donnent l’impression de ne pas avoir confiance en elles ont en fait de nombreux domaines dans lesquels elles ont une grande confiance.

On peut donner l’exemple du leader charismatique en entreprise, qui a du mal à aborder une femme. On peut également donner l’exemple de l’introverti peu confiant en lui en réunion, et pourtant très sûr de lui lorsqu’il s’agit d’exposer son étude à son patron, ou de rédiger une note complexe avec des prises de positions tranchées.

Comment retrouver confiance en soi, ou plutôt comment « améliorer » sa confiance en soi

J’ai choisi consciemment les termes “retrouver” et “améliorer”.

Car la confiance en soi n’est pas innée. Elle est généralement liée à deux facteurs :

1. Les expériences passées : 

Si je sais que j’ai déjà réussi, cela me donne des raisons raisonnables de penser que je pourrais réussir de nouveau, alors que si j’ai toujours échoué, il y a de grandes chances que j’échoue de nouveau. Mais si une expérience positive passée a été éclipsée par des expériences négatives plus récentes, il est probable que ce soient les expériences plus récentes qui prennent le dessus. Donc, il faut aller “retrouver” en créant de nouvelles expériences positives.

2. L’état d’esprit dans lequel on se trouve par rapport à l’événement que l’on doit affronter :

Bloqué sur ces expériences passées, ou concentré sur le présent et le futur, avec une vision claire de ses stratégies pour améliorer sa confiance en soi. Préparer ces situations de manière objective, les analyser après coup, pour préparer ensuite la suivante.

Jean Garneau, psychologue, explique dans cet article comment retrouver confiance en soi grâce à quatre ingrédients :

1. L’accumulation d’expérience (…) il faut s’impliquer activement pour « prendre de l’expérience ».”
2. L’évaluation des résultats (…) la confiance en soi exige une réflexion critique sur ces expériences afin d’en comprendre les (…) liens de cause à effet. (…)
3. L’innovation volontaire La vraie confiance (…) se renforce encore davantage lorsqu’on ose chercher des solutions meilleures que celles qu’on connaît déjà.
4. Des risques calculés (…) nos tentatives nous seront plus utiles si nous faisons des expériences dont le degré de risque nous apparaît tolérable. (…) ne pas se lancer aveuglément dans des situations trop difficiles (…)

Donc : oser se jeter à l’eau mais seulement si on a encore un peu pieds ! Ensuite, analyser ce qui a fait que l’on ne s’est pas noyé, pour le répéter la fois suivante. Si l’on devient vraiment à l’aise dans le petit bassin, on peut petit à petit s’éloigner vers le grand, mais y aller progressivement.

 

Comment justement ne pas noyer son assurance…

Il est vrai que c’est en essayant et en s’entraînant que l’on finit par réussir et par savoir que l’on réussit. C’est vrai pour le sport ou les instruments de musique, et ça l’est également pour les capacités intellectuelles et sociales.

Mais la limite à cette vision des choses : tout ne s’apprend pas. Certaines choses sont innées et resteront toute notre vie (comme le fait d’être introverti), et il est inutile d’aller contre cette nature. Et même s’il est possible d’apprendre à aller contre cette nature, c’est généralement aux dépends de notre bien-être et de notre bonheur. Ainsi, beaucoup de personnes apprennent toute leur vie à devenir plus extraverti (du fait de la pression sociale), pour finalement se rendre compte qu’ils ont joué toute leur vie un rôle qui n’était pas le leur, et n’ont pas été totalement heureux.

Or, certaines théories développent cela à l’extrême : le fameux “fake it ‘till you make it” (imiter un comportement jusqu’à ce qu’il en devienne naturel). C’est dangereux.

L’importance de bien connaitre sa personnalité et ses besoins

Il me semble qu’avant d’entamer tout travail d’amélioration de sa confiance en soi dans un domaine, il convient de bien évaluer sa propre personnalité, pour bien comprendre quels sont nos propres besoins, et savoir si l’on a vraiment besoin d’atteindre des sommets de confiance en soi dans telle ou telle situation. La question « comment retrouver confiance en soi » n’est peut-être pas la bonne question ? Faut-il vraiment chercher comment retrouver confiance en soi ?

Reprenons l’exemple de la réunion de 10 personnes :

Je suis introverti et sais que la réunion est un moment qui sera toujours difficile à passer. Je sais que je ne serai JAMAIS celui qui fait des blagues intelligentes pour détendre l’atmosphère en interrompant le discours du directeur. Ou en fait : si, c’est possible. Si j’y travaille intensément, que je me donne les moyens (cours de théâtre, coach personnel, etc.), je peux y arriver au bout du compte. Mais est-ce vraiment cela que j’ai envie d’être ? Cela correspond-il à mon caractère ? A quelle part de mon authenticité devrai-je renoncer ? Et combien de parts de bien-être devrai-je mettre à mal ? Ne vaut-il pas mieux capitaliser sur des qualités que j’ai déjà et n’attendent qu’à être exploitées et développées ?

Il me semble que le manque de confiance en soi est souvent lié au fait que l’on accorde trop d’importance à l’opinion des autres : et en particulier à ceux qui trouvent que nous devrions nous comporter différemment. A ceux qui nous disent que nous devrions être plus “extraverti” par exemple.

On accorde également trop d’importance à la voix (intérieure ou extérieure) qui voudrait que nous travaillions à améliorer nos défauts. En attendant, certaines de nos qualités dorment…

C’est pour cela qu’il est important de bien définir pour soi ce que veut dire “avoir confiance en soi”. Cela peut se traduire par des comportements très variables. N’oubliez pas que la personne qui est assise dans un coin de la salle de réunion, qui regarde droit dans les yeux le présentateur et montre un grand intérêt, peut donner l’impression d’une grande confiance en soi même s’il ne parle presque pas de toute la réunion.

Conclusion : comment retrouver confiance en soi en 4 étapes :

  1. regarder au fond de soi qui l’on est, quelle est sa vraie personnalité (pas celle que nous souhaiterions avoir)
  2. Clarifier les objectifs : conviennent-ils à ma personnalité ? quelles sont les qualités sur lesquelles je souhaite capitaliser ? Si je veux gagner en assurance dans tel domaine, cela vient-il d’une envie profonde de ma part ou d’une pression sociale ?
  3. mettre en place une stratégie d’accumulation progressive d’expériences pour améliorer sa confiance en soi dans le domaine choisi.
  4. faire le bilan, se féliciter, ne pas s’en faire si tout n’a pas réussi.

Et vous, dans quels domaines souhaitez-vous retrouver confiance en vous ? Et selon vous, comment retrouver confiance en soi ?