Comment poser vos limites
Pour avoir des relations où vous vous sentez écouté,
apprécié pour ce que vous êtes, et respecté.

(et comment affirmer pleinement vos envies, vos besoins, vos avis,
sans crainte d’être jugé, dévalorisé, ou contredit…

… pour ne plus vous laisser marcher sur les pieds ou subir ce que les autres décident sans vous)

Avez-vous l’impression d’être poli, gentil… et que les autres ne vous le rendent pas ?

Vous arrive-t-il d’écouter pendant une heure un ami, un collègue, un proche… vous ne l’interrompez pas pour ne pas « déranger »,
Et vous vous rendez compte après coup que vous n’avez pas décroché un mot ? Que l’autre ne s’est absolument pas intéressé à vous ?

Connaissez-vous ces situations où on vous demande ce que vous aimeriez faire ce week-end, ce que vous aimeriez voir comme film, ce que vous aimeriez manger à midi, et vous ne savez pas trop, là, dans l’instant… du coup c’est l’autre qui décide à votre place, parce qu’il est plus rapide que vous ?

Et ces situations où vous faites partie d’un groupe (collègues, amis…), et au moment où une décision se prend : vous êtes totalement vide de pensées, comme paralysé, et les autres décident sans vous demander votre avis ?

De manière générale, quand vous devez faire un choix… c’est difficile ? Vous ne savez tout simplement pas ?
(Surtout quand vous êtes avec d’autres personnes qui semblent très sûres d’elles ?)

Connaissez-vous, aussi, ces situations où vous êtes plongé dans un truc (un travail, une lecture, une réflexion…), et on vient vous parler sans vous demander au préalable si vous avez le temps ?
Alors vous vous mettez à écouter l’autre, même si ce n’est pas du tout ce que vous aviez prévu de faire là, maintenant ? (et ce n’est qu’après coup que vous vous en voulez de n’avoir pas dit que ce n’était pas le bon moment pour vous ?)

Avez-vous dans ces moments, comme tellement d’autres personnes introverties, ce sentiment d’avoir l’esprit tout vide…
… et plus l’autre enfreint votre espace, plus vous vous sentez perdu, bloqué, comme si vous n’aviez plus de pensée, plus d’émotions, comme si vous ne ressentiez rien, vous vous sentez juste totalement perdu…
… avec une mauvaise impression de totalement subir la situation ?

L’impression d’être une coquille vide, de ne pas avoir de personnalité ?

Peut-être y a-t-il même une personne en particulier, ou quelques personnes, avec lesquelles c’est particulièrement difficile pour vous de ne pas vous laisser envahir ?

Des personnes précises qui, quand vous les voyez, vous emmènent totalement dans leur monde, vous vous sentez incapable de les arrêter, d’arrêter leur flot de paroles, leurs railleries, ou leur agressivité, leurs décisions.

Par exemple des personnes qui vous appellent souvent, ou vous agacent, ou n’ont aucune empathie envers vous… et vous suivez, parce que vous n’arrivez pas à dire non ?

Parce qu’au fond vous les aimez bien quand même ?

Ou parce que c’est une personne proche, de votre famille, et vous n’osez pas entrer en conflit ?

D’ailleurs, il vous est peut-être arrivé d’arrêter brutalement une relation parce que vous n’en pouviez plus… et l’autre n’a pas compris.

Et vous vous en rendez compte aujourd’hui : le problème est venu bien-sûr de l’autre qui n’a pas su respecter vos besoins, votre personnalité…
… mais à tout bien y réfléchir, il est peut-être aussi venu partiellement de vous, qui n’avez pas su poser vos limites, dire stop au bon moment, avant que le vase ne déborde et que vous explosiez définitivement ?

Vous laissez peut-être les autres vous juger, vous dire ce qu’ils pensent de vous, vous dire leur avis sur telle ou telle chose, vous « conseiller » de changer ci ou ça… mais vous ne vous permettriez pas, vous, de les juger, eux ?

Quand une personne affirme quelque chose, vous avez tendance à croire à priori qu’elle a raison, et ce n’est qu’après coup que vous vous dites que vous auriez eu en fait un autre avis, et que vous auriez dû le dire ?

Je pourrais continuer encore ainsi avec de très nombreux exemples.

Tous ces exemples peuvent paraître très différents.

Mais en fait, ils ont un grand point commun.

Le point commun de toutes ces situations :

c’est que dans le feu de l’action, vous ne savez généralement pas vous-même ce que vous voulez.

Ce que vous pensez.

Ou ce que vous ressentez.

Vous êtes comme abasourdi par la situation, par l’autre, vous vous laissez totalement porter, comme si l’autre avait droit de tout dire, tout décider, et que vous n’aviez qu’à suivre.

C’est un sujet ô combien classique
chez les personnes introverties.

Et vue la manière dont nous fonctionnons
et la société dans laquelle nous vivons…

… c’est presque « normal ».  

Forcément, quand toute votre enfance vous ressentez que certaines de vos envies ne sont pas forcément appréciées par les autres, voire sont moquées, ça n’aide pas à prendre confiance en ce que l’on est, et en ce que l’on souhaite au fond de soi.

Vos parents ou proches ne sont d’ailleurs pas forcément fautifs…

Imaginez : vous avez un enfant, disons qu’il a 8 ans, 12 ans, ou même 14 ans.

Il est très introverti dans son fonctionnement : il lit beaucoup, il s’éclipse dans son monde dès qu’il le peut, il lit beaucoup.

Il rêve.

C’est le moment de manger : et vous appelez « à taaaaable ! ».

Et là : rien.

Pas de réponse.

Vous recommencez : « à taaaaable ! ».

… toujours rien bien-sûr.

Vous commencez à vous énerver.

Bien-sûr, vous savez bien qu’il est plongé dans un bouquin et ne vous entend pas.

Mais vous ne pouvez pas vous empêcher de bouillir un peu intérieurement.

Et finalement, vous vous énervez un peu : « tu pourrais répondre quand on t’appelle ! ».

Vous connaissez peut-être ce type de situations.

Vous-même quand vous étiez enfant, ou aujourd’hui avec vos propres enfants.

Vous aujourd’hui, vous avez vos connaissances de l’introversion, et vous arrivez peut-être à le comprendre.

A ne pas vous énerver, et à ne pas faire trop de remarques.

Mais vos propres parents n’avaient pas forcément cette connaissance, cette empathie. Votre entourage : vos enseignants, vos proches, n’avaient pas cette connaissance, cette compréhension des différences de tempérament.

Vos amis, pour qui il était si important de faire partie d’un groupe et de rire à gorge déployée et raconter plein d’histoires et de bêtises… n’hésitaient pas à dire « oh lui, il ne parle pas, ne lui demande pas ! ».

Et quand vous êtes ado ou jeune adulte et que tout le monde est très enthousiaste à l’idée de faire une grosse soirée jusqu’à pas d’heure, vous suivez naturellement, car ça paraît très cool…

… et vous mettez totalement en sourdine votre envie profonde de passer une soirée à 2 ou 3 avec vos meilleurs amis à refaire le monde ou faire un jeu de société.

Quand vous évoluez, toute votre enfance, dans un monde qui vous laisse entendre que votre manière de fonctionner n’est pas la plus cool, n’est pas celle que l’on attend de vous…

… forcément, vous vous habituez à ne pas vous écouter.

Vous vous habituez, lentement mais sûrement, à suivre l’avis des autres, et à écouter de moins en moins vos propres envies, vos propres besoins.

Parce que ces envies que vous avez : elles sont généralement plutôt critiquées (ne reste pas dans ta chambre, ne reste pas silencieux, ne reste pas dans tes rêves, ne reste pas avec tes 2 meilleurs amis mais vas voir plus de monde, ne reste pas si sérieux il faut rire un peu, etc etc).

(entre parenthèse : vous voyez qu’on ne parle pas forcément ici de gros traumatismes… ça peut être simplement une accumulation de petits événements, de messages discrets que vous avez reçus, qui vous ont incité à ne pas écouter ce que votre corps vous disait, et à ne pas essayer d’exprimer vos ressentis, vos avis, vos envies…)

Souvent, ces expériences vécues au cours de votre enfance et adolescence sont liées à un type de personnes et de situations particuliers.

Bien souvent, ce sont par exemple les personnes très extraverties et charismatiques, qui parlaient beaucoup et attiraient beaucoup l’attention, qui vous ont fait ce type de remarques.

Ou alors, c’est auprès de ce type de personnes que vous arriviez le moins à exprimer vos envies, vos ressentis… tout simplement parce que ces personnes réfléchissent vite, parlent et argumentent vite, ce qui vous bloque.

Et ça nous bloque parce que quand on est introverti :

on a besoin de temps.

C’est dans la nature même de l’introversion : il y a un besoin fondamental de prendre son temps pour analyser l’information, avant de réagir.

La spontanéité n’est pas notre fort : nous sommes plutôt des personnes qui réfléchissent avant de parler.

Parfois, ce n’est qu’un micro-temps, il nous suffit d’une seconde, mais ce temps de « pause » est indispensable pour que nous arrivions à formuler une réponse, à voir en nous ce que nous ressentons, ce que nous pensons.

Or, quand vous êtes face à des personnes qui vont très vite, qui répondent plus vite que leur ombre… forcément vous vous retrouvez vite dépassé.

Avec un mauvais goût dans la bouche : celui de n’avoir même pas réussi à formuler votre pensée… l’autre est déjà passé à autre chose.

Du coup, aujourd’hui, c’est bien souvent avec ces personnes qui parlent beaucoup et prennent des initiatives rapidement sans laisser le temps aux autres de réfléchir que vous avez du mal.

Avec les personnes qui imposent et ne posent pas de questions.

Les personnalités fortes, et souvent, assez extraverties.

Comme si elles vous fascinaient, et vous vidaient de votre substance.

Comme si elles créaient en vous une peur abyssale de vous affirmer, de dire ce que vous pensez, ce que vous ressentez.

Parce que ça va paraître bête.

Parce que ça va paraître déplacé.

Etc.

Un sujet qui me passionne en ce moment,
et auquel je cogite depuis un bout de temps :

Comment poser ses limites dans ses relations ?

Comment affirmer ce que vous voulez, ce que vous pensez, dans vos relations avec les autres… si vous avez souvent tendance à vous laisser entraîner par les autres.

Si vous avez souvent tendance à laisser les autres décider à votre place.

Si vous avez souvent tendance à laisser les autres mener la danse.

Parce que quand on se laisse ainsi marcher sur les pieds,

Quand on n’arrive pas à imposer sa manière d’être, de penser, de sentir les choses…

… alors un profond sentiment de frustration s’installe.

Quand on n’arrive pas à verbaliser son désaccord ou ses souhaits parce qu’on a peur qu’on nous juge, parce qu’on a peur de déplaire, ou d’être ridicule

Quand on a peur d’être critiqué,

Alors se développe un sentiment d’être nul, incapable de s’exprimer,

L’impression d’être vide et inintéressant parce qu’on n’arrive pas à réfléchir, exprimer des choses.

Quand on a l’impression que les autres décident à notre place et qu’on n’a pas de place justement, qu’on n’est pas écouté, alors on ressent un profond malaise.

Et on s´en veut de ne pas savoir se défendre, dire ce qu’on veut, dire notre accord ou notre désaccord…

On s’en veut de rester tellement passif.

Il y a un sentiment de frustration, de colère…

D’épuisement, de tristesse…

On est en permanence dans une énergie négative : mauvaise humeur, énervement, manque d’énergie, fatigue.

Parfois on est en colère contre l’autre qui ne sait pas nous écouter, qui nous envahit ou ne nous demande pas notre avis…

Parfois on est en colère contre soi-même, on s’en veut de ne pas savoir dire les choses.

Mais dire quoi ?

Car une grande partie du problème vient de là :

Bien souvent, vous ne savez pas vous-même…
… ce que vous aimeriez affirmer dans la situation donnée.

Il y a ce « vide » en vous.

Vous ne savez pas.

Vous n’êtes pas capable, dans ces moments, de voir en vous. De comprendre ce qui se passe en vous.

Ayant totalement perdu l’habitude de vous écouter…

C’est un problème fondamental pour vous sentir mieux dans vos relations.

Car si je vous ne parlez pas de ce que vous voulez ou ne voulez pas, il y aura tôt ou tard une explosion qui sera certainement destructrice.

Cela peut être une explosion d’isolement : vous vous isolez des autres, « marre des autres », et du coup vous préférez être seul.

Ou une explosion verbale, qui va faire mal.

Ou une explosion intérieure : vous n’en pouvez plus.

Mais quoi qu’il en soit, vous le sentez probablement :

Le fait de ne pas affirmer vos besoins, de ne pas poser vos limites,

Est ravageur pour votre confiance en vous, et votre bien-être intérieur.

En fait, le grand objectif :
c’est de ne plus subir.

De ne plus laisser les autres vous imposer leur rythme, leur vision des choses, leurs envies…

… et d’avoir votre mot à dire.

L’idée n’est pas non plus d’entrer dans l’extrême inverse qui serait de rejeter en bloc tout ce que les autres disent et font,

Ni d’entrer dans un conflit permanent pour affirmer à tout prix vos envies, vos besoins, vos avis.

Vous sentez bien que dans les relations, il doit y avoir de la compréhension mutuelle, des compromis.

Mais il s’agit de ne plus accepter que ce soit à sens unique.

Que ce soit uniquement vous qui acceptiez tout.

Que ce soit toujours les autres qui mènent la danse… sans que vous ayez votre mot à dire.

Poser ses limites : c’est simplement dire ce que vous pensez, ce que vous ressentez.

Ensuite, il peut y avoir compromis, discussion…

Mais pour qu’il y ait discussion, il faut déjà que l’autre sache ce que vous voulez ou pensez.

Prenons un exemple :

Vous êtes en train de travailler, vous êtes plongé dans un truc.

A ce moment, votre conjoint entre dans la pièce et vous demande votre avis sur un truc.

Le problème : c’est que vous étiez tellement plongé dans votre truc que vous n’arrivez pas à passer du coq à l’âne instantanément.

Du coup, pressé de répondre, vous répondez quelque chose… à côté de la plaque.

Ce n’est pas ce qu’il vous avait demandé.

Il s’énerve : vous n’avez pas écouté.

Vous vous énervez, parce que vous n’avez pas compris, et que votre conjoint s’énerve et ne vous respecte pas, parce que vous êtes envahi…

… et vous vous énervez peut-être même parce que vous ne comprenez même pas ce qui se passe.

Vous êtes dépassé par la situation.

En fait, ce qu’il faudrait, dans ce type de situations, c’est avoir la présence d’esprit de dire par exemple : « attends 2 minutes, je finis un truc là je suis concentré, je viens te voir après et tu me diras ».

Mais pour dire ça, ça implique un certain nombre de choses :

1 – D’abord : comprendre votre besoin… le besoin de rester concentré sur ce que vous faisiez avant de passer à autre chose.
(ce qui n’est pas évident à saisir dans les situations concrètes de votre quotidien, où tout va très vite)

2 – Ensuite : avoir le réflexe de réfléchir à ce que vous voulez, vous, là, pour que les conditions soient les meilleures possibles pour tout le monde
(et donc formuler en vous votre réponse : demander à l’autre d’attendre, ce qui implique de s’autoriser à faire cela et prendre cette habitude… pas évident quand on a totalement perdu l’habitude de faire ça depuis des dizaines d’années)

3 – Exprimer votre demande : et là entre bien souvent en jeu la peur du conflit, de blesser l’autre, de ne pas être compris, etc…

Quand on n’arrive pas à passer par ces 3 étapes : on s’écrase, et on laisse l’autre mener la danse.

Dans notre exemple : l’autre vous parle malgré vous, vous n’entendez pas, il s’énerve, c’est lui qui a raison.

Tout ça parce que vous n’avez pas su dire ce que vous ressentiez, dire votre besoin.

Ce qu’il faut, donc, c’est se réapproprier ces étapes pour vous affirmer.

Pour voir en vous, comprendre ce que vous souhaitez en toute situation,

Puis savoir l’exprimer, de manière à ce que ce soit constructif et compris par l’autre.

Pour des relations apaisées,

Et des relations où vous n’avez plus le sentiment de vous écraser.

Parce qu’affirmer votre point de vue, vos envies, vos besoins… : ce n’est pas rejeter l’autre.

Non : c’est simplement avoir une relation mûre et adulte d’Humain à Humain.

Un autre problème qui entre en jeu :

c’est les conseils que vous avez pu entendre

pour arriver à poser vos limites, vous affirmer.

C’est un problème très récurrent et qui a beaucoup à voir avec la culture extravertie.

On vous dit : « mais dis les choses ! Exprime-toi ! »

Or vous : vous ne savez même pas ce que vous aimeriez exprimer.

On vous dit : « mais il suffit de parler, essaie tu verras, et même si ça crée du conflit ce n’est pas grave ! »

Mais pour vous, l’idée même d’entrer en conflit crée un blocage.

(Généralement parce que vous avez eu de mauvaises expériences par le passé : où l’autre avait toujours réponse à tout parce que plus rapide que vous…

… et vous ressortiez toujours perdant des argumentations un peu musclées.)

Ces conseils, on vous les donne, et souvent vous vous les donnez à vous-même.

Vous vous dites à vous-même : « mais parle ! dis quelque chose ! »

« Ce n’est pas possible de te laisser tellement marcher sur les pieds ! Affirme-toi ! »

Mais ça ne marche pas.

Parce que cette manière de s’affirmer ne correspond pas à votre manière de fonctionner.

Parce que vous êtes quelqu’un qui a besoin d’un peu de temps avant d’exprimer les choses.

C’est dans votre nature.

Parce que vous êtes peut-être plus une personne dans la douceur, l’écoute, que dans le conflit musclé.

Ou tout simplement parce que vous n’arrivez absolument pas à voir en vous ce que vous pourriez affirmer.

Vous êtes vide d’idées, d’envies, complètement bloqué par la situation et la personne en face de vous.

C’est pourquoi il faut avoir une approche différente

quand on est introverti.

Une approche différente pour voir en vous et comprendre ce que vous souhaitez dans les situations concrètes,

Mais aussi une approche différente pour exprimer les choses.

Une manière d’exprimer les choses qui convienne mieux à votre tempérament,

A votre nature.

Et comme c’est plus naturel pour vous : ce sera plus facile à faire. A exprimer.

J’ai beaucoup réfléchi à ce sujet ces derniers mois, car je me suis rendu compte à quel point ce sujet est fondamental…

… pour la plupart des introvertis qui ont des problèmes de confiance en soi, qui ont du mal à s’affirmer, à se sentir bien dans leurs relations.

C’est peut-être même la base de tout pour se sentir bien dans sa peau et ses relations : arriver à savoir ce qu’on veut, d’une part, et arriver à l’exprimer, d’autre part.

C’est la base pour des relations saines, des relations adultes, d’égal à égal.

Des relations où vous vous sentez écouté, apprécié pour ce que vous êtes, et respecté.

Du coup, j’ai décidé de préparer un dossier complet sur ce sujet.

Pour vous aider à mieux vous affirmer dans vos relations, savoir poser vos limites, et mieux maîtriser les choses… de manière sereine et apaisée pour vous et pour les autres.

Ce qu’on va y voir, en détails :

=> Comment moins subir les situations et les volontés des autres, sans pour autant entrer dans des conflits insolubles ?

=> Pourquoi, quand vous subissez les situations et les volontés des autres sans broncher, c’est un coup d’une grande violence à votre personnalité, à votre confiance en vous…
… et comment prendre pleinement conscience de cela peut déjà changer la donne
(Je vais bien-sûr vous guider pour prendre pleinement conscience de ce qui se passe en vous)

=> Pourquoi il est si difficile pour beaucoup d’introvertis de poser leurs limites, de s’affirmer, d’exprimer les choses…
… je vais vous aider à faire un bilan personnel de ce qui vous empêche, aujourd’hui, de mieux poser vos limites, pour pouvoir ainsi mieux défaire ces mécanismes et trouver d’autres manières de poser vos limites à l’avenir.

=> Comment réduire petit à petit la peur d’exprimer ce que vous ressentez (peur du conflit, peur que l’autre ait de toute façon le dernier mot, peur que l’autre ne vous comprenne pas…), avec une technique adaptée au tempérament introverti pour exprimer les choses calmement, et que ce soit accepté et compris par l’autre (sans qu’il ne le prenne mal ou rejette votre point de vue)

=> Les mécanismes précis qui se passent en vous lorsque vous subissez une situation : on va décortiquer ça ensemble pour que ce soit très clair pour vous, et que vous puissiez mieux les voir venir et prendre du recul quand ça vous arrive.

=> Comment identifier clairement ce que vous souhaitez, ce que vous pensez, ce que vous ressentez… quand vous êtes dans une situation où vous vous sentez totalement vide, incapable de voir en vous
(je vais vous montrer une méthode très efficace, qui permet de reprendre petit à petit le contrôle de vos ressentis et pensées, dans toute situation, pour ne plus vous laisser sombrer dans le vide, dans l’incertitude totale).

=> Une fois que vous êtes mieux conscient de ce que vous souhaitez : comment l’affirmer ? Comment exprimer les choses dans diverses situations… sans être écrasé par le stress de blesser l’autre, ou de ne pas trouver les arguments ?

=> Comment exprimer vos ressentis, vos envies, pour qu’ils soient acceptés et écoutés par l’autre, même si l’autre voit les choses différemment ?

=> Comment avoir enfin le sentiment que vous restez maître de ces situations, que ce n’est pas toujours le même qui s’écrase… même si vous êtes en désaccord avec l’autre, et même si parfois cela mène à des compromis de part et d’autre ?

=> Comment réagir quand l’autre (ou les autres) réagit mal à votre affirmation ?

=> Pourquoi vous allez être surpris que bien souvent, le fait que vous vous affirmiez plus va être très bien perçu et même apprécié par les autres

=> Comment exprimer vos ressentis, vos besoins, vos envies, vos avis, vos décisions… pour que ce soit le plus naturel possible pour vous ?
Pour que ce soit totalement en harmonie avec votre nature… si bien que cela devienne facile de dire les choses ?

=> Un inventaire de quelques techniques de communication très efficaces quand on est introverti pour poser ses limites avec bienveillance mais fermeté

=> des études de cas concrets de situations typiques, et je vais décortiquer ce qui se passe et les outils de communication que vous pouvez utiliser (verbaux et non verbaux) pour exprimer les choses de manière à ce que ce soit le plus en accord possible avec votre manière de fonctionner, votre manière d’être, et que ce soit en même temps compris, apprécié, accepté, et respecté par les autres.

=> … et bien d’autres choses encore.

C’est une formation complète, d’environ 2h d’audio, structurée par modules, à télécharger dans son intégralité.

Bien-sûr, comme toutes mes formations : ce n’est pas une méthode miracle, et je ne vous garantis pas que vous allez être à l’aise et sûr de vous pour poser vos limites et affirmer votre avis et vos besoins dès que vous aurez écouté la formation en entier.

L’idée : c’est que je partage avec vous mes connaissances sur le sujet,

je vous aide à mieux vous comprendre,

On voit ensemble des outils de communication, des outils de réflexion… pour reprendre la main petit à petit sur votre quotidien, et arriver à mieux poser vos limites, mieux affirmer vos envies, vos besoins, progressivement.

Pour certaines personnes : les résultats seront bluffant. Avec une nouvelle assurance qui va les étonner eux-mêmes.

Pour d’autres, les résultats seront plus longs à venir : quelques déclics, quelques révélations, et petit à petit du mieux-être.

Mais pour tous : je vous garantis que vous allez progresser, que vous en ressortirez avec une meilleure compréhension de ce qu’il se passe en vous, et avec des outils à votre disposition en tant qu’introverti pour mieux poser vos limites et vous sentir plus fort dans vos relations.

=> Cliquez ici pour télécharger la formation « comment poser ses limites quand on est introverti ».