Extraverti : comment le devenir ?

Devenir extraverti, comment faire ? Car pour devenir de bons élèves, de bons employés, et de bons amis, il semble assez efficace de devenir extraverti. Cela paraît tellement évident. Pourtant, est-ce mal d’être introverti ? Il y a souvent, d’ailleurs, confusion sur la définition du mot introverti. Mais nous y reviendront un peu plus loin dans cet article.

En attendant, comment devenir extraverti ?

Une méthode pourrait consister à regardez comment les extravertis se comportent, et faire comme eux.

Voici quelques exemples de conseils que l’on voit beaucoup pour être plus extraverti (d’ailleurs il est fort possible que vous utilisiez déjà quelques-unes de ces méthodes, de manière plus ou moins consciente)… et nous verrons ensuite pourquoi ces méthodes ne marchent pas.

Comment être plus extraverti :

1. Repoussez autant que vous le pouvez votre zone de confort, en permanence !
Car plus vous la repousserez, plus vous vous habituerez à ce nouvel état extraverti que vous recherchez, qui sera votre nouvelle zone de confort.

2. Au travail, saisissez toutes les occasions que vous avez de vous “exposer”.
Présentez votre travail à toute l’équipe lors du point de début de semaine. Répondez du tac au tac en réunion, tant pis si vous dites des bêtises ! N’ayez pas peur d’avoir l’air ridicule, « c’est en faisant des erreurs que l’on apprend ». Et ne vous morfondez pas chez vous des heures durant parce que vous n’avez pas sorti le bon mot au bon moment… l’extraverti sait bien, lui, qu’il ne sert à rien de s’en vouloir… : “mieux vaut dire des bêtises que de ne rien dire”…

3. Surtout, n’ayez pas peur du burnout, cet état d’épuisement ne vous guette pas, cela ne touche que les autres. Dormez assez, c’est tout.
(cette croyance ici est assez développée, pourtant essayer d’être plus extraverti qu’on ne l’est, est assez dangereux sur ce plan-là… nous verrons pourquoi)

4. Le soir, répondez à toutes les sollicitations que vous recevez, en bon extraverti qui se doit: il est mal poli de refuser une invitation. Et puis il est important d’entretenir les relations avec ses amis et ses collègues… on ne sait jamais, ils pourraient nous aider un jour, si on en a besoin. Il faut entretenir son réseau, c’est indispensable pour sa carrière, et pour être heureux. Vous ne croyez pas ?

Voici donc quelques exemples.

Voici maintenant, pourquoi c’est plutôt une mauvaise idée de suivre ce type de conseils.

Devenir extraverti : la face cachée

Ces types de conseils pour devenir extraverti, on les a tellement entendus qu’ils en deviennent normaux. Ils semblent évidents.
Et pourtant, suivre ces conseils peuvent sérieusement mener à un burnout, une dépression, ou simplement à passer à côté de sa vie.

Attention : je n’affirme pas que les personnes introverties ne devraient pas réseauter, ou ne devraient pas parler du tout en réunion, ou ne devraient pas avoir d’amis. Je revendique juste le droit de faire tout cela à notre rythme, quand nous en sentons la nécessité et l’envie.

Reprenons les exemples que j’ai cités ci-dessus :

1. Agir comme un extraverti

C’est ce que j’ai longtemps essayé de faire. Malheureusement, c’est voué à l’échec, car sur la durée il est très difficile de faire comme eux. J’ai compris depuis quelques années qu’il est beaucoup plus puissant (et dans ma nature) d’être une force silencieuse mais souriante et amicale, que d’essayer d’être le centre de toutes les attentions en moulinant un flot de paroles ininterrompu.

2. Repousser en permanence sa zone de confort :

Repousser ses frontières une fois de temps en temps fait partie des choses saines à faire pour avancer dans sa vie. Mais il faut savoir le faire pour la bonne cause (quelque chose qui nous tient vraiment à cœur), et seulement lorsque cela en vaut le coup. Le faire trop souvent, sans se ménager des moments de retour à la normale peut être très fatiguant, et chambouler tellement notre équilibre que cela finit par être plus contre-productif qu’autre chose. D’ailleurs, on peut repousser sa zone de confort en restant soi-même… pas besoin de jouer à l’extraverti pour cela.

3. S’exposer le plus possible au travail

S’exposer une fois de temps en temps, oui ; en permanence, non. Parler en réunions n’est pas le seul moyen de montrer sa valeur à ses supérieurs… un petit rapport bien ficelé et envoyé à son chef par email quelques jours avant la réunion peut en imposer bien plus.

4. Le burnout, ce n’est que pour les autres.

Je ne suis pas un expert du burnout, mais il me semble que celui-ci ne vient pas nécessairement seulement d’un excès de travail. Il y a une autre composante qui joue également un rôle. Cette composante est sournoise, car elle se cache ; elle ne se voit pas facilement. Cette composante, c’est le fait de ne pas vivre sa vie ; le fait de jouer en permanence un rôle qui n’est pas le nôtre, notamment un rôle extraverti. Cela nous épuise en profondeur, petit à petit. Et un jour, sans crier garde, elle s’ouvre au grand jour avec une dépression ou un burnout.

5. Vivre une vie sociale intense en dehors du travail, trop extravertie

Vous avez le droit de ne pas réseauter lorsque vous n’en avez pas envie, le droit de ne pas voir vos amis lorsque vous n’en avez pas envie, le droit de ne pas entretenir de bonnes relations avec vos collègues en allant à tous les pots organisés chaque semaine, etc, etc.
C’est un peu extrême me direz-vous ? Je ne pense pas. Je ne dis pas qu’il ne faut pas faire tout cela lorsque l’on est introverti, mais qu’il faut avoir conscience que l’on a le choix, et que c’est notre propre décision de sortir ou ne pas sortir. Il me semble également que l’on donne souvent trop de poids à l’importance de réseauter, d’entretenir ses amitiés et ses connaissances… car lorsque les amitiés sont faites pour durer, elles durent sans efforts, même si on refuse plusieurs fois un rendez-vous.

 

Voilà, et vous, qu’en pensez-vous ?
Le ton de mon article est volontairement un peu provocateur. Pour ceux qui me connaissent, cela peut paraître un peu surprenant comme point de vue, car je ne suis pas asocial, ni renfrogné ou anti extravertis… beaucoup de mes amis sont extravertis, j’aime leur manière d’être, de me faire rire, de me « sortir de mon trou ».

Je suis plutôt modéré en général, je pense que le point idéal est toujours dans l’équilibre, jamais dans les extrêmes, et cela vaut également pour l’introversion et l’extraversion. Mais je suis parfois révolté par les dogmes qui nous sont imposés, que personne ne remet en cause, et qui sont, selon moi, des habitudes d’extraverti. Remettons donc un peu d’équilibre dans tout cela !

Et pour aller plus loin sur ce sujet, cet article vous aidera à bien comprendre ce que c’est que d’être introverti.