Comment accompagner votre enfant introverti vers une vie épanouie

Vous pensez que votre enfant est introverti ? Vous aimeriez qu’il soit heureux, notamment dans ses relations avec les autres, mais ne savez comment le guider tout en respectant ses besoins profonds de calme et de solitude ?

Dans cet article, voyons ensemble quelques pistes pour l’aider à s’ouvrir avec douceur, tout en lui apprenant à aimer sa manière de fonctionner.

Dans l’article précédent, vous avez appris à identifier le tempérament de votre enfant. Je vous ai proposé 10 pistes pour identifier si votre enfant est plutôt introverti ou extraverti. Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous propose de commencer par cet article : 10 signes que votre enfant est introverti.

Comme je l’ai souligné dans cet article : le plus important n’est pas tant de savoir si votre enfant est introverti ou extraverti, que d’apprendre à comprendre ses besoins. Peut-être aura-t-il par moments d’intenses besoins de solitude, et à d’autres moments peut-être ressentira-t-il un grand besoin de socialiser. Notre rôle de parent est de rester attentif à ses besoins, le pousser un peu hors de sa zone de confort de temps en temps, tout en sachant le réconforter dans sa manière de fonctionner.

Crédit photo : Wan Leonard, Flickr

Et vous, comment vivez-vous les moments de détresse de votre enfant introverti ?

Vous arrivez au jardin d’enfants. Votre enfant reste un peu sur le côté, à observer les autres enfants jouer, sans trop oser s’avancer vers eux. Que ressentez-vous ?

Vous êtes à une fête d’anniversaire, et au bout d’une heure ou deux votre enfant commence à avoir mauvaise humeur, il s’énerve, se chamaille avec d’autres enfants, et vous sentez qu’il va falloir partir au risque que cela finisse mal. Quelles sont vos pensées dans ces moments ? N’avez-vous pas, malgré vous, une petite peur au fond de vous que votre enfant soit mal intégré, mal accepté, et que cela lui joue des tours dans sa vie ?

Quand vous allez chercher votre enfant à l’école, la maîtresse vous dit d’un air un peu méprisant que votre enfant n’a pas participé de toute la journée, et qu’il faudrait qu’il apprenne à prendre plus la parole. Quel effet vous font ces paroles ? Protégez-vous votre enfant en vous disant que cette maîtresse n’y connaît rien à rien ? Ou avez-vous tendance à être mal à l’aise, ne sachant trop comment réagir, avec un mélange de ressentiments contre cette maîtresse qui en veut à votre enfant et de sentiments de peur pour votre enfant qui n’y arrivera pas ?

Voici quelques exemples. Si votre enfant est introverti et que vous reconnaissez des situations du quotidien liées à ce tempérament, je vous invite à observer en vous ce que ces situations provoquent comme pensées et sentiments. Si vous avez été vous-même un enfant introverti, et que vous avez mal vécu certaines situations, il est fort probable que revivre ces situations chez votre enfant soit difficile pour vous.

Vous avez la chance d’être un parent éclairé sur les besoins particuliers de votre enfant, contrairement à vos parents à vous. Mais cela ne règle pas tout. Car il y a votre passé, vos émotions qui ressurgissent en revoyant les mêmes situations. Même si vous pensez savoir ce qu’il faut faire, il est possible que vous ne puissiez vous empêcher d’avoir une réaction de “parent extraverti” : avoir envie de le pousser à participer, à avoir beaucoup d’amis, etc.

Si c’est votre cas, c’est tout à fait normal. L’important est d’en être conscient. D’observer vos réactions face à diverses situations, et essayer de faire la part des choses entre vos émotions surgissant du passé, et votre nouveau présent de parent introverti éclairé.

Pour que ce soit plus parlant, prenons un exemple.

Vous apprenez que votre enfant a peu d’amis et reste souvent sur le banc de l’école pendant la récréation à observer les autres jouer. Elle a deux – trois bonnes amies avec lesquelles elle joue tranquillement parfois, mais ces amies ont parfois envie de se joindre à un grand groupe et votre enfant reste alors seule. Elle vit probablement assez mal ces situations.

En voyant cette situation, vous ressentez comme un poignard dans le cœur. Vous vous voyez vous-même trente ans plus tôt dans la même situation, et cela vous met sens dessus-dessous. Une grande détresse vous envahit.

Passée la détresse, vous cherchez immédiatement une solution.

La première solution qui vous vient à l’esprit est peut-être d’avoir une discussion avec votre enfant pour lui expliquer qu’il faut qu’elle se force un peu à rejoindre les autres, car s’est en sortant de sa zone de confort que l’on s’habitue. Un message que l’on vous a répété souvent lorsque vous étiez vous-même petit.

La seconde solution qui vous vient à l’esprit est peut-être de retirer votre enfant de l’école. Vous vous dites que vous n’allez pas répéter les erreurs de vos parents et que vous n’allez pas imposer à votre enfant ce que vous avez vécu, tant pis pour le “qu’en dira-t-on”.

Quelle solution est-elle la meilleure ? Probablement aucune des deux.

Il n’y a pas de solution magique, bien-sûr, mais voici quelques éléments qui pourraient vous aider.

Accompagner votre enfant introverti en douceur vers l’ouverture

Ce qu’il faut garder en tête :

– votre enfant introverti a besoin d’être incité à sortir un peu de sa zone de confort, pour qu’il acquiert des facultés sociales petit à petit, et apprenne à y prendre plaisir

– il faut bien-sûr aussi lui donner tout notre amour, en l’acceptant tel qu’il est, et en l’autorisant à être la personne qu’il est. Car c’est ce qui lui donnera confiance en lui à l’avenir.

Si l’on reprend l’exemple donné précédemment, voici quelques idées pour sortir de cette situation :

1. En parler avec lui pour qu’il puisse exprimer ce qu’il ressent, et lui montrer qu’on le comprend, sans le juger.

2. Le rassurer, lui dire que ce n’est pas grave

3. Lui proposer d’inviter ses meilleurs amis un après-midi (si cela lui fait plaisir, cela lui redonnera confiance en ses facultés sociales)

4. Aménager le plus possible de moments pour se ressourcer : votre enfant passe des journées entières dans un collectif, s’il est introverti il a probablement besoin de beaucoup de temps au calme à la maison… être à l’écoute de ce besoin.

5. Si vous avez la possibilité de réduire un peu le temps passé à l’école (sans éliminer l’école pour autant, ce serait bien souvent contre-productif), ce serait idéal (manger à midi à la maison par exemple).

Parce que tout commence avec vous…

Mais au-delà des choses concrètes que vous pouvez faire pour votre enfant, il me semble que la condition principale pour accompagner notre enfant introverti vers une vie épanouie est en nous.

Je m’explique.

Le plus dur probablement, et pourtant le plus important, est d’accepter que tout ne changera pas du jour au lendemain. Accepter que vous pouvez aimer votre enfant tel qu’il est, et ne pas chercher à le changer. Accepter que certaines situations sont difficiles pour lui, et que ce n’est pas grave. Que c’est la vie.

Car le plus dur pour un enfant n’est pas la situation difficile qu’il vit à l’école, c’est le fait d’entendre ses parents lui dire qu’il n’est pas normal. Soit parce que ces parents lui expliquent comment changer, soit parce que ses parents le poussent sans cesse à faire des choses qui ne lui sont pas agréables.

Mais si les situations que vous vivez avec votre enfant sont très difficiles émotionnellement parce qu’elles vous rappellent de mauvais souvenirs, il peut être très difficile d’accepter le fait que vous ne pouvez pas changer certaines choses.

C’est pourquoi, avant de chercher à trouver des solutions pour votre enfant, il me semble que le plus important est de comprendre et accepter les réactions que cela provoque en vous.

Ce que j’ai vécu moi-même et que vous vivez peut-être, est que lorsque l’on est adulte, on a appris à jouer un certain rôle en société. On s’en sort pas trop mal. Bien-sûr parfois cela nous épuise, bien-sûr parfois notre timidité remonte à la surface, mais dans l’ensemble, ça va. On a construit une carapace qui nous aide à survivre à peu près dans ce monde extraverti.

Et puis un jour des enfants entrent dans notre vie. Et là, petit à petit, en les voyant grandir, tout notre passé ressurgit. Toutes les choses mal acceptées par le passé et enfouies profondément remontent à la surface. Des invasions d’émotion. Des moments incompréhensibles où l’on ne se comprend plus, à tel point que ressortent de nous des choses que nous croyions depuis longtemps oubliées.

Il est très difficile d’agir avec bienveillance et intelligence envers nos enfants, si nous-même ne savons que faire de certaines de nos émotions associées à des situations que nos enfants vivent devant nos yeux.

C’est pourquoi, le principal pour savoir accompagner son enfant introverti avec bienveillance est probablement d’avoir bien accepté votre propre différence, votre propre passé, votre propre tempérament introverti.

Dans l’article suivant, vous trouverez des conseils pour accompagner votre enfant introverti avec bienveillance, pour que votre passé et vos doutes à vous n’interfèrent plus dans votre éducation, et pour aider votre enfant ou votre ado à prendre réellement confiance en lui, sans lui demander de changer son tempérament naturel. Cliquez ici pour lire cet article.