Changer le regard des autres sur l’introversion

Changer le regard des autresLes introvertis sont souvent confrontés à une réalité difficile : on leur reproche une personnalité qu’ils ne peuvent que difficilement changer. On leur reproche par exemple leur silence, leur difficulté à improviser, ou leur manque d’envie de faire partie du groupe.

Comment retourner le regard des autres à son avantage lorsque l’on est introverti ? Comment remettre au goût du jour les qualités des introvertis ?

Cet article participe à l’édition d’octobre du festival « A la croisée des blogs » du site developpementpersonnel.org. Ce mois-ci, le festival est organisé par Laurence du blog Happy Soul sous le thème : “Le regard des autres”.

Une fois de temps en temps, on peut trouver dans la presse des articles faisant l’éloge de l’introversion. Il semble que l’introversion est remise au goût du jour, selon certains grands titres. Par exemple, la revue « Management” de septembre 2014 fait l’éloge des managers introvertis.

Pourtant, il me semble que les introvertis vivent une réalité bien différente. Pour beaucoup, c’est un regard critique, qui les suit depuis leur plus tendre enfance : il faut plus parler lors des réunions de famille, il faut lever spontanément le doigt en classe, ou se porter volontaire pour organiser les activités de groupe à l’université. Et lorsque l’on reste un peu trop en retrait, il y aura toujours un autre élève, ou un collègue, un professeur ou un manager, pour nous faire remarquer notre manque de participation.

Ce regard peut-être destructeur pour les introvertis : on leur renvoie le message que quelque chose ne tourne pas tout à fait rond chez eux, et qu’ils feraient mieux de s’adapter au monde qui les entoure.

Très bien, me direz-vous. Effectivement, si vous êtes introverti, il y a de grandes chances pour que ces quelques lignes ci-dessus vous parlent. Mais quelle est la solution ? Comment faire pour changer cet état des choses ? Faut-il demander à la société tout entière de changer ? Ou faut-il commencer juste autour de soi, dans l’espoir de voir son idée se propager petit à petit, à l’image de ce petit caillou qui tombe dans l’eau et commence par propager une onde juste autour de lui pour s’étendre ensuite au lac entier ?

Faut-il changer le regard de la société sur l’introversion ?

Certaines personnes le pensent, comme Susan Cain, grande ambassadrice du “printemps des introvertis” aux Etats-Unis. Son livre, et sa présentation TED ont été vues par des millions de personnes, ce qui lui a donné les bases pour entamer un programme de grande envergure d’éducation de la société sur ce sujet.

Grâce à elle et à son action, de nombreuses personnes connues affirment maintenant ouvertement dans les médias qu’ils sont eux-même introvertis, de nombreux ouvrages ont vu le jour sur le sujet, de nombreux forums réservés aux introvertis permettent à ceux-ci d’échanger, des entreprises commencent à adapter leurs locaux ou leur style de management, des écoles réfléchissent à la question.

Il semble donc que la société ait véritablement entamé un changement dans le regard qu’elle porte sur les introvertis, aux Etats-Unis.

On peut raisonnablement se dire que ce mouvement n’attend qu’à s’étendre en France… cependant, à moins de s’appeler Susan Cain, notre influence est relativement limitée. Essayons donc de chercher d’autres voies, qui nous soient plus accessibles et aient une chance plus immédiate d’améliorer notre quotidien.

Eduquer son entourage sur l’introversion

La solution suivante est d’essayer d’amener notre entourage proche à changer de regard sur notre introversion. A nous comprendre.

Depuis que j’ai commencé ce blog, j’essaie également d’éduquer mon entourage. Lorsque j’en ai parlé pour la première fois à un ami, cela n’a pas été facile. Mais petit à petit, le discours se construit. Après un certain nombre de discussions, je suis maintenant capable d’expliquer ce qu’est l’introversion et de persuader mon interlocuteur de l’importance de réfléchir à ce thème.

Cependant, à moins d’avoir lu et réfléchi abondamment sur le sujet, il peut apparaître difficile d’en parler. La réaction de nos proches extravertis est souvent de nous regarder avec compassion, en se disant : “mais oui c’est ça… il cherche surtout à se trouver des excuses pour ne pas sortir avec ses amis ou pour justifier sa timidité”. Et nous restons sans voix, car au jeu de l’argumentation, les extravertis ont bien souvent la main : ils pensent plus vite, trouvent les arguments plus vite, et nous n’arrivons pas à suivre leur rythme. Ils ont finalement raison.

Une solution peut être de leur faire lire un livre ou visionner une vidéo sur le sujet, par exemple. Cela vous évite ainsi d’avoir à argumenter : vous les laissez y réfléchir quelques jours, puis vous vous retrouvez pour en discuter. Cette fois-ci, votre interlocuteur extraverti devrait être prêt à vous écouter et accepter vos arguments.

Changer son propre regard sur l’introversion

Mais comment changer le regard des autres si on ne change pas d’abord le regard que l’on porte soi-même sur l’introversion ?
Rien d’extraordinaire à cela. Vous le lirez dans de nombreux textes de développement personnel. Les autres portent sur nous le regard que l’on porte sur soi-même. C’est l’une des bases de la confiance en soi : si l’on a confiance en soi et en ce que l’on est, alors les autres nous respectent et nous aiment pour ce que l’on est.

En quoi cela s’applique-t-il à l’introversion ? Prenons deux exemples pour l’illustrer :

  • On vous pose une question en réunion, vous n’êtes pas sûr de la réponse.
    Si vous trouvez tout à fait normal d’avoir besoin de réfléchir à un sujet avant de pouvoir y répondre et que, très sûr de vous, vous annoncez à vos collègues que vous avez besoin d’y réfléchir, alors il est fort probable que cela leur paraisse tout à fait normal. Ils apprécieront votre note par email à la suite de la réunion.
  • On vous invite à une soirée, à laquelle vous n’avez vraiment pas envie d’aller.
    Si vous bafouillez quelques excuses à peine plausibles, votre interlocuteur risque de le prendre mal. Si vous lui expliquez vos raisons tout à fait honnêtement (vous êtes trop fatigué psychologiquement pour pouvoir en profiter, par exemple), alors il y a de fortes chances pour qu’il vous comprenne, ou au moins ne vous en veuille pas.

Il s’agit d’être totalement en phase avec son envie de ne voir personne, parfois. Ou son envie de ne pas décrocher le téléphone… comme j’en parle dans cet article : Faut-il répondre au téléphone ?.
Il s’agit aussi de savoir l’expliquer, évidemment. Pour cela, il faut lire sur le sujet, se documenter, réfléchir sur son propre caractère introverti, et se créer petit à petit une argumentation qui nous convient.

 

Lorsque l’on jette un caillou dans l’eau, cela crée d’abord un petit cercle autour, puis un plus grand, puis cela se propage à l’étendue entière. Ici, notre caillou est la pièce d’information que vous avez reçue : vous êtes introverti. Si vous comprenez bien votre propre introversion, alors vous êtes prêt à en parler autour de vous, pour changer petit à petit le regard que les autres et vous-même portez sur votre caractère introverti. L’onde commence à se propager, car certaines de ces personnes de votre entourage en parleront à leur tour, le sujet les ayant intéressé.

Commencez donc avec vous-même, et le regard des autres changera, tôt ou tard !

Crédits photo – étoiles filantes – Flickr